SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK

BUREAU ACADEMIQUE -RESPONSABLES CGTR EDUC'ACTION-CLIQUEZ ICI !!

LES GUIDES JURIDIQUES
DE LA CGT EDUC'ACTION

ESPACE du 1er DEGRE
de la Cgt Educ'Action

Le GUIDE ATSS
DE LA CGTR EDUC'ACTION

RESPONSABLE CGTR EDUC DES AESH
- ADELINE MARCHAIS AU 0.692.36.91.08






           
Editos

COMMUNIQUE DE LA CGTR EDUC'ACTION : NON AUX INTIMIDATIONS !!!!!! NOTRE SECRETAIRE GENERAL DIFFAME !!!



COMMUNIQUE DE LA CGTR EDUC'ACTION : NON AUX INTIMIDATIONS !!!!!! NOTRE SECRETAIRE GENERAL DIFFAME !!!








NON AUX INTIMIDATIONS !!!!!!



Le journal Témoignages s’est livré à une charge particulièrement détestable contre la CGTR EDUC’ACTION, en l’occurrence contre notre secrétaire général, Patrick Corré


Notre camarade a été ainsi notamment accusé pèle mêle d’être, pas moins, « le représentant de la classe dominante », « le complice de Peillon » et de « montrer sa haine des plus pauvres » en voulant « priver des jeunes chômeurs d’un contrat »


« C’est la première fois qu’il se heurte à ceux qui souffrent réellement et qui lui donnent mauvaise conscience « conclut l’éditorial du journal Témoignages du vendredi 26 avril 2013 qui a pour titre éloquent « ET OU ? combien ou gagne ». Rien que ca !

A l’origine de ce courroux , la manifestation organisée par l’intersyndicale sur les rythmes scolaires devant la mairie de la Possession et la réaction surprenante du maire d’organiser une contre manifestation en utilisant le désarroi de jeunes chômeurs afin de les inviter à haranguer les parents d’élèves et enseignants présents . Rien n’interdit pourtant l’exécutif local possessionnais d’embaucher de suite les 70 contrats d’avenir voire au-delà pour les écoles de la possession sur les 4 jours d’école , tant le fonctionnement des structures et les questions de salubrité et d’hygiène et de sécurité posent aujourd’hui problèmes et peuvent être sensiblement améliorés

Ces attaques, par leur caractère grotesque et leur tonalité délirante pourraient prêter à sourire si ce n’est qu’elles sont porteuses de violences, qu’elles se fondent sur des méthodes abjectes basées sur la calomnie et la diffamation


Que Témoignages et les commanditaires de cette triste opération sachent que leurs menaces ne feront pas taire la CGTR EDUC’ACTION et que nous continueront à manifester à chaque fois que cela sera utile et nécessaire, quelque soit la couleur politique des uns et des autres.

Mais le plus grave, c’est qu’au delà de la violence de l’éditorial ou notre camarade a été cité nommément à plusieurs reprises, jeté en pature, Témoignages fait en arrière plan le procès de tous les fonctionnaires accusés des pires maux et d’êtres des représentants de la classe dominante

Ce populisme qui vise à opposer une catégorie de salariés à des chômeurs est dangereux et détestable. Il exonère les puissants et les responsables de la crise

Par leurs propos et attitudes, nos détracteurs auront réussi le tour de force à se mettre à dos les organisations syndicales, particulièrement les plus combatives

La CGTR EDUC’ACTION qui a été et est de tous les combats pour l’emploi aux cotés notamment des plus précaires et des plus démunis n’a aucune leçon à recevoir de ceux qui ont toujours refusé de donner la prime Cospar à leurs salariés les plus précarisés et qui se servent de la précarité comme un outil de gestion politique et de dépendance

La CGTR EDUC’ACTION se réserve le droit d’engager une plainte pour diffamation

La CGTR EDUC’ACTION remercie chaleureusement les nombreuses organisations syndicales et démocrates républicains pour leur soutien.


A ST Denis, le vendredi 26 avril 2013

La CGTR EDUC’ACTION

VOIR CI DESSOUS EDITO CALOMNIATEUR DE TEMOIGNAGES ( ORGANE DE PRESSE DU PCR)


EDITO

i[Et ou, combien ou gagne ou ?

vendredi 26 avril 2013



Hier matin, Patrick Corré est venu monter une grossière provocation devant la mairie de La Possession. Sous prétexte de protester contre la mise en place de la réforme des rythmes scolaires dès la nouvelle rentrée, il a montré sa haine des plus pauvres. Sa revendication aurait privé des jeunes chômeurs d’un contrat qu’ils peuvent prétendre à la rentrée prochaine. C’est un exemple de confrontation de classes dans la société réunionnaise.

À l’origine, il y a la décision du ministre de l’Éducation Peillon de faire travailler une demi-journée de plus, soit le mercredi, soit le samedi. Cela provoque des dépenses supplémentaires, notamment en personnel et en transport. Les maires se plaignent d’être pris en étau, d’une part, par la politique d’austérité et de réduction des dépenses publiques, d’autre part, par les préconisations du ministre qui provoquent des dépenses par millions d’euros. Pour accélérer la mise en place du dispositif, le gouvernement accorde une subvention conséquente aux communes qui démarre dès la rentrée 2013.

Si Patrick Corré avait voulu être un syndicaliste conséquent, il aurait réuni la communauté éducative et la Collectivité dans un combat commun contre une décision gouvernementale appliquée sans concertation, qui pénalise tout le monde. Les communes n’ont pas le choix : c’est soit 2013, soit 2014. En choisissant la rentrée 2013, le maire Roland Robert agit en bon gestionnaire, car il partage les charges avec le gouvernement. Patrick Corré préfère s’attaquer au maire de La Possession. Il divise le camp des victimes et se montre complice de la décision injuste du ministre. On nage en plein paradoxe. Si des enseignants et des parents sont mécontents, qu’ils s’adressent donc au gouvernement ou aux services de l’État.

La grossière provocation s’est heurtée à la volonté des jeunes de La Possession qui voient dans la mise en place de ce dispositif un moyen d’avoir un emploi, dès le mois d’août prochain. Et, dans le contexte actuel du chômage à La Réunion, ils ont défié le syndicaliste et déjoué sa manœuvre. Totalement découvert, il finit par insulter Roland Robert. Son objectif a été atteint ! Il en est content, même.

Cependant, au-delà de la provocation, les échanges avec le groupement de jeunes sont riches de sens. L’un des jeunes a demandé au responsable syndical : « et ou combien ou gagne ? ». Le représentant de la classe dominante a refusé de répondre, tellement, il avait mauvaise conscience d’annoncer 3.000 euros. En face des jeunes qui peinent à trouver un travail, et qui s’attendent à un contrat précaire, il a eu quelques scrupules à déclarer une paye sur-indexée qui le place dans la catégorie des 10% les plus riches.

C’est la première fois qu’il se heurte à ceux qui souffrent réellement et qui lui donnent mauvaise conscience.

J.B. ]i

Vendredi 26 Avril 2013
Patrick CORRE
Lu 114 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Editos | Carrières | Contractuels | Précarité | Retraites | Mobilisation | Rectorat | UNIVERSITE | DJSCS | CRDP | Textes juridiques


ADHESION A LA CGTR EDUC'ACTION
CLIQUEZ SUR LE LOGO !!!
Trésorière : Fabiola Thermidor - 0692.07.80.94

Newsletter


L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          



Le site de l'Union Nationale des Syndicats de l'Education Nationale

Le site de l'Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires


Le Quotidien de la Réunion et de l'Océan Indien