CONGRES du SGPEN CGTR 2008

Le 6ème congrès du SGPEN CGTR s’est tenu le lundi 16 juin 2008 à Fos PTT - Trou d’Eau la Saline.

Retrouver dans cet article, la nouvelle direction de notre organisation, la composition du bureau académique et de la commission exécutive.



Les rapports d’activité et d’orientation ont été approuvés par 100 % des congressistes, les 150 délégués présents.

Ce résultat et vote exceptionnel qui pourrait prêter à sourire dans les pays totalitaires témoigne dans le cas d’espèce d’une parfaite et complète cohésion de notre organisation sur le plan local.

Le SGPEN CGTR depuis son 5ème congrès a vu son audience augmenter de façon significative et son nombre d’adhérents progresser sensiblement (doubler).

Avec près de 42% de voix obtenus en décembre 2007 dans la filière administrative (soit plus de 10 points par rapport à 2004 et 30 points par rapport à 2001) et 25 % dans la filière ouvrière et de laboratoire (+ 8 points), notre organisation occupe désormais une place essentielle dans la vie académique. Le SGPEN CGTR en terme de représentativité c’est 2 sièges en capa en 2001, 4 en 2004 et 22 commissaires paritaires aujourd’hui).

Le SGPEN CGTR est devenu parmi les personnels de catégorie C de la filière administrative (effectifs les plus nombreux), le syndicat majoritaire avec 45, 38% des voix.

Avec quasiment les seuls votes TOS, notre syndicat a pu arracher, contre toute attente, un siège au CTP et un siège au CHS de la région Réunion lors des dernières élections dans cette collectivité.

Notre site Web connait un succès exponentiel, de 15 000 connexions/ an en 2007, nous dépassons les 25 236 connexions pour le seul mois de mai. Selon nos projections nous devrions être à la fin de l’année à plus de 300 000 connexions/an en intégrant les vacances scolaires.

Les nombreuses luttes initiées par notre syndicat (pour la défense de l’emploi et contre la précarité, pour la sauvegarde du droit à mutation des TOS et contre les conséquences négatives des transferts, régimes indemnitaires …) et notre travail de proximité ont indéniablement contribué à faire du SGPEN CGTR, une force qui compte pour les personnels.

Cette confiance grandissante nous confère dans la période présente une responsabilité particulière : celle d’être encore davantage à la hauteur des attentes revendicatives de nos collègues

Pour ce faire, le 6ème congrès a tracé la feuille de route du syndicat pour les trois années à venir (rapport d'orientation sur notre blog).

-Booster la lutte contre la précarité, pour l’emploi public et contre la casse de nos statuts
-Œuvrer au renforcement de l’unité d’action
-Se doter d’outils d’organisation pour nous renforcer davantage en développant notre implantation
-Développer notre pole naissant filière santé (infirmières)

…....

Afin de nous adapter aux conséquences des lois de décentralisation, les 6 ème congrès du SGPEN CGTR a décidé de créer une section syndicale TOS collèges et une section TOS lycée ( TOS Etat et TOS Territoriaux ).

Le 6eme congrès du SGPEN CGTR a décidé également d’élargir son champ de syndicalisation aux personnels d’éducation, assistants d’éducation.ect… afin de permettre aux précaires qui ont été reclassés dans cette filière de demeurer au sein de notre organisation et de faire avancer également les revendications de cette catégorie de personnels.

Bien que notre satisfaction soit grande en terme de vitalité de notre syndicat, nous devons cependant garder raison tant les attaques de ce gouvernement menacent les fondements de nos statuts et les services publics dont celui de l’éducation nationale.

Devant les enjeux de taille qui se posent pour l’ensemble de la communauté éducative, le SGPEN CGTR entend participer aux cotés de toutes les autres organisations syndicales au nécessaire front uni afin de résister au mieux au démantèlement programmé de la fonction publique (RGPP, loi sur la « mobilité »… ). L’unité d’action est indispensable !

Patrick Corré, le secrétaire général sortant est réélu à l’unanimité, un bureau académique rénové et une nouvelle commission exécutive ont été mis en place


A St Denis, le mercredi 18 juin 2008
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
6ème congrès, nouvel organigramme et équipe de direction du SGPEN CGTR


Secrétaire général du SGPEN CGTR : Patrick CORRE, secrétaire général sortant est réélu

Composition du nouveau bureau académique

• Secrétaire général : Patrick Corre (Adeanes)

• Trésorier académique : Max Lechat (SASU)

• Secrétaire général adjoint chargé de la filière administrative : David Dellaquila (Adaenes)

• Secrétaire général adjoint chargé de la filière ouvrière : Fabrice Chelone (Atec 1)

• Secrétaire général adjoint chargé de la filière laboratoire : Guy Max Lakia (ATL)

• Délégué général à la Communication : Josette Refutin (Adjoint administratif)

• Responsable Section Tos Collège : Fabrice fontaine ( tec 2 )

• Responsable Section TOS lycée : Fabrice Chelone (Atec 1)

• 4 Responsables inter catégorielle de zones (Sud, nord Est, Ouest)

- Nord : Clain Gilbert ( Atec 1, élu CTP Région) et Fabrice Fontaine
- Sud : Ethève Jean Paul (Adjoint administratif), Leonus Robur (Atec 1, élu CHS Région- non membre du Bureau)
- Ouest : Fabrice Chelone, Efferma Georges Marie ( Atec 2)
- Est : Moutiapoulle Jean Max (Atec1)

Commission exécutive :

La commission exécutive est composée de 24 membres

• Patrick Corre (Adeanes)
• Max Lechat (SASU)
• David Dellaquila (Adeanes)
• Fabrice Chelone (Atec1)
• Guy Max Lakia ( Atl )
• Josette Refutin (Adjoint Administratif)
• Fabrice Fontaine (Atec 2)
• Clain Gilbert (Atec 1 )
• Denise Picard (Atec 2)
• Efferma Georges Marie (Atec 2)
• Ethève Jean Paul (Adjoint administratif)
• Moutiapoulle Jean Max (Atec 1)
• Zoakina Marie Annick (Atec 2)
• Hoarau René (Atec 2)
• Robur lénous (Atec 2)
• Ah Vane nathalie (Adjoint administratif)
• Corbière Michel (Atec 1)
• Boutet Nicolas (Atec 1)
• Julenon arnold (Atec 2)
• Couteyen carpaye catherine (Atec 2)
• Marguerite Henry ( Retraité)
• Ricquebourg Régis (Atec 2)
• Dijoux Eliette (Adjoint Administratif)
• Boyer Georgette (Atec 2)


Référents

• Pole santé : Marie Claire Saingainy (infirmière Collège Amiral Bouvet)
• Pole retraités : Henry Marguerite
Lundi 23 Juin 2008 Patrick CORRE
Notez
Commentaires (0) | Rédigé par Patrick CORRE le Lundi 23 Juin 2008 à 06:26

Depuis le 5ème congrès du SGPEN-CGTR beaucoup de chemin a été parcouru.

Le SGPEN-CGTR a déployé une activité intense en se mettant résolument en ordre de marche.


Rapport d’activité du 6ème congrès SGPEN-CGTR
ACTE 1 :
L’actualité sociale est dominée par la question des transferts des TOS. Le 1er avril 2004, manifestation nationale de l’U.N. des SGPEN-CGT contre le transfert des TOS au cri de "Députés, ne votez pas le transfert des ATOSS, nous voulons rester fonctionnaires d'Etat, l'Education doit rester nationale". Les manifestants ont exigé le retrait du projet de loi "responsabilités locales", qui doit être soumis le 7 avril au vote de l'Assemblée.

C’est dans un tel contexte revendicatif, un mois plus tôt que le SGPEN-CGTR est confronté a son premier défi sur le plan de sa représentativité syndicale à l’occasion des élections professionnelle de mars 2004 de renouvellement des commissions administratives paritaires.

Essai pleinement transformé puisque notre audience, à l’occasion de cette échéance électorale d’importante a progressé de façon significative.

Ces élections ont indéniablement marqué un tournant dans la vie de notre organisation : Le SGPEN-CGTR s’est enfin imposé sur l’échiquier syndical local.
Au niveau de la filière administrative, nous nous étions fixé comme objectif d’être présents dans l’ensemble des corps, nous l’avons fait en obtenant des élus dans les CAPA où nous n’avions pas encore de représentants (SASU et Agents administratifs), et en obtenant un siège supplémentaire dans la capa des adjoints administratifs.

Au niveau de la filière ouvrière, la page du monopole syndical a été enfin tournée avec l’entrée du SGPEN-CGTR dans les CAPA des O.P. et M.O. Seul regret, notre absence dans la capa des OEA en 2004 à 7 petites voix près.

En obtenant 5 sièges supplémentaires par rapport à 2000-2001 et en passant ainsi de 2 sièges à 5 nous avons amorcé un " remodelage " du paysage syndical, remodelage qui s’est poursuivi comme nous le verront plus tard lorsque nous aborderons les résultats obtenus par notre syndicat en 2007-2008.
Jeudi 12 Juin 2008 Patrick CORRE
Notez
Commentaires (0) | Rédigé par Patrick CORRE le Jeudi 12 Juin 2008 à 13:28

Le secrétaire général du SGPEN-CGTR
Aux délégués et adhérents


Lettre « Spécial 6ème congrès »  aux adhérents.
Cher(e)s camarades, ami(e)s et collègues

Je vous informe que notre syndicat organisera son 6ème congrès le lundi 16 juin 2008 au FOS P.T.T-Trou d’eau-La Saline

Le congrès est un événement d’une grande importance pour la vie de notre organisation.

C’est un moment privilégié d’échanges et un espace collectif de réflexions avec au cœur des débats « les grandes orientations du syndicat » pour la période présente et celle à venir

Les enjeux des réformes actuelles et leurs conséquences et impacts négatifs sur les fondements même de la fonction publique, nos statuts et nos carrières doivent notamment nous amener à réfléchir sur la pertinence de « notre ligne revendicative » et sur l’outil syndical que nous souhaitons construire.

Les délégués et adhérents du SGPEN CGTR auront également à élire et designer leurs responsables. Chacun pourra librement, s’il le désire, se porter candidats à telle ou telle responsabilité syndicale.

Afin de favoriser en amont les échanges et de nourrir la réflexion sur nos orientations, le syndicat a décidé de mettre à la disposition de tous ses adhérents ce blog « spécial 6ème congrès SGPEN CGTR ».

Il sera enrichi tout au long de cette semaine pré -congrès.

Vous y trouverez, le rapport d’orientation composé de plusieurs résolutions ainsi que le rapport d’activité. Ces documents seront ainsi connu de tous avant la tenue du 6ème congrès.

Chacun pourra dès lors apporter sa contribution publique et enrichir ainsi la vie démocratique de l’organisation.

Par ailleurs, afin de ne pas pénaliser les collègues qui ne disposent pas de l’outil internet, un journal spécial congrès reprenant les informations, rapports, résolutions mises en ligne sera également remis aux congressistes

Une demande d’autorisation collective d’absence a été formulée auprès du recteur afin de permettre à tous les délégués et adhérents de pouvoir se libérer de leur service pour se rendre au congrès.

Pour ce faire, une convocation syndicale à remettre à votre chef de service est en ligne sur le blog.

Eu égard à l’importance de cette manifestation, le syndicat souhaite la présence exceptionnelle de tous ses membres.

Je sais pouvoir compter sur l’attachement de chacun à faire vivre notre SGPEN CGTR.

Recevez cher(e)s camarades, ami(e)s et collègues, mes fraternelles salutations syndicales.

A SAINT DENIS, le jeudi 30 mai 2008
Le secrétaire général du SGPEN-CGTR

convocation_congres__SGPEN_CGTR_,_le_16_juin_2008!!!.doc convocation congrès SGPEN CGTR , le 16 juin 2008!..  (31.5 Ko)
lettre_aux_adherents,_6eme_congres_du_sgpen_cgtr_le_16_juin_2008___.doc lettre aux adhérents, 6eme congrès du sgpen-cgtr le 16 juin 2008 ...doc  (33.5 Ko)
FICHE_CANDIDATURE_6_eme_CONGRES__a_retouner_avant_le_6_juin_2008.pdf FICHE CANDIDATURE 6 eme CONGRES a retouner avant le 6 juin 2008.pdf  (62.91 Ko)
Fiche_de_reservation_repas_Congres.doc Fiche de reservation repas Congres.doc  (32 Ko)
Convocation_congres__sgpen_cgtr,_le_16_juin_2008.pdf Convocation congrès sgpen cgtr, le 16 juin 2008.p..  (78.63 Ko)

Lundi 9 Juin 2008 Patrick CORRE
Notez
Commentaires (0) | Rédigé par Patrick CORRE le Lundi 9 Juin 2008 à 11:28

Avec l’élection de Nicolas Sarkozy, le 6 mai 2007, un nouveau pas a été franchi dans la frénésie libérale et un nouveau souffle a été donné aux affidés de l’ultra libéralisme dans leurs entreprises de remise en cause des services publics


Avec l’élection de Nicolas Sarkozy, le 6 mai 2007, un nouveau pas a été franchi dans la frénésie libérale et un nouveau souffle a été donné aux affidés de l’ultra libéralisme dans leurs entreprises de remise en cause des services publics

Après la LOLF, Sarkozy s’est doté de nouvelles armes de destruction massive des services publics : Celles ci ont pour nom Rgpp et loi sur la Mobilité

1/ la RGPP

« La rigueur, c’est un coup de rabot sur les dépenses qui touche tout le monde de la même façon. Nous, nous faisons la réforme.» Nicolas Sarkozy Président de la République

la RGPP ce n’est ni le rabot ni la réforme. C’est la découpe des services publics à la scie circulaire.

Initiée dès l’été 2007 par le Président de la République, mise en œuvre par le gouvernement avec force officines privées, la Révision Générale des Politiques Publiques vise essentiellement un objectif : accroître massivement le champ des activités privées et lucratives.La « modernisation de l’État », de ses structures et de son action, sous le vocable de Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) est mise en œuvre par le gouvernement dans tous les ministères.

Les déclarations récentes du Président de la République comme du Premier ministre, F. Fillon, sur « l’accélération des réformes » montrent que la RGPP est l’urgence de ce gouvernement : rendu des premiers travaux à la Commission de modernisation de l’Etat dès les deux premières semaines d’avril 2008, adoption de la loi dit de « mobilité » par l’Assemblée Nationale en juin 2008.

Pour ce faire, un arsenal de mesures parfaitement cohérent est à l’ordre du jour. C’est, entre autres, la réduction drastique des dépenses publiques présentée comme seul moyen de résorber un déficit accusé de tous les maux. C’est encore les coupes massives dans les effectifs au détriment de la qualité du service public rendu et des conditions de travail.

La RGPP a en effet pour seul objectif de réduire les moyens d’intervention des services publics par : la réduction drastique des moyens publics, sous le prétexte de résorber les déficits de l’Etat sans jamais aborder la question de l’abondement des ressources,

- la suppression massive d’emplois publics, à l’aide de fusions et de compressions d’administrations, de fermetures de services de proximité, accompagnée d’externalisations, voire de-l’abandon pur et simple de missions de service public au secteur privé,

- la limitation de l’action de l’État à ses missions a minima de pilotage, de régulation, de contrôle

- le transfert de charges aux collectivités territoriales,

- l’extension du champ des activités marchandes et lucratives,

- le recours croissant à l’intervention et aux financements privés,

- la destruction du statut et des garanties collectives des fonctionnaires et agents publics. Culture, Jeunesse, Sport et Vie Associative, sont les laboratoires d’essai du gouvernement en matière de RGPP, avant de s’attaquer à de plus gros ministères

La RGPP c’est moins de service public pour la population. Tout cela est mené à la cravache, avec des pseudos négociations qui ne sauraient faire illusion

La RGPP s’articule avec une autre reforme « la loi sur la mobilité »

2/ La loi dite de « mobilité »

Le projet de loi mobilité, totalement lié à la stratégie de RGPP est l’outil pour réduire d’une façon drastique les missions publiques de l’Etat, en livrant les missions publiques qui n’auront pas été totalement supprimées, au privé, par différentes formes juridiques.

Ce projet de loi mobilité, dans sa partie restructuration, envisage la mise en disponibilité d’office des fonctionnaires sous 2 ans après suppression de l’emploi exercé. Il vient donc en complément de l’annonce du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux. C’est l’introduction du licenciement des fonctionnaires sous une forme à peine déguisée car la phase préalable de réorientation professionnelle évoquée par le texte ne trompe personne.

Le projet de loi envisage la généralisation du temps incomplet auprès de plusieurs employeurs. Ainsi, la précarité chez les fonctionnaires s’installerait durablement comme dans le privé, ceci sans aucune mesure de consolidation du décompte du temps de travail, de mesure de l’amplitude de celui-ci ...


****************************************************************************************************************

Le SGPEN-CGTR s’oppose aux conceptions porteuses de l’Etat minimal dont un des modèles référant est le modèle anglo-saxon .Ces conceptions n’ont produites que recul social sur recul social avec son lot d’inégalités criantes.

Nous pensons au contraire que le rôle de l’Etat doit être profondément renouvelé et non pas amoindri.

Dans un monde marqué par la sauvagerie du marché, Il s’agit de mettre en œuvre des politiques publiques fortes permettant le développement des solidarités territoriales et le renforcement et l’enracinement des services publics.

Le ressort de l’efficacité de l’action publique, ce n’est pas moins de services publics, ni un Etat réduit à une peau de chagrin, mais des services publics redynamisés par un Etat davantage garant des solidarités, un Etat qui permette notamment l’égalité de tous à l’accès à l’Education, à la culture, au savoir, à la formation

La transversalité de la RGPP et la loi Mobilité nécessitent une réponse globale. En conséquence, le 6 ème congrès se fixe pour objectif d’apporter sa contribution pleine et entière, son concours actif à l’édification d’un « pôle fonction publique CGTR » organisé et structuré
Samedi 31 Mai 2008 Patrick CORRE
Notez
Commentaires (0) | Rédigé par Patrick CORRE le Samedi 31 Mai 2008 à 12:27

RAPPORT D'ORIENTATION

1/ S’adapter et Redimensionner le SGPEN-CGTR


1.1/ Intégrer la décentralisation et conserver notre unité organisationnelle par une adaptation de nos structures

La loi sur les transferts a irrémédiablement changé la donne. Au 1er janvier 2009, les personnels TOS Etat qui n’ont pas encore exercé leur droit d’option seront détachés d’office soit auprès du Conseil général s’ils exercent en collèges soit auprès du conseil régional s’ils exercent en lycées .A côté de cette catégorie de personnels existent désormais les TOS territoriaux de ces deux collectivités (soit par l’exercice du droit d’option soit par recrutement direct)

Cette nouvelle situation doit nous amener aux adaptions nécessaires à partir d’une réflexion en profondeur sur le type de structuration que nous considérons comme le plus pertinent et le plus apte à répondre aux défis actuels

Plusieurs options sont possibles :

• Eclater le SGPEN CGTR en donnant naissance à plusieurs entités juridiquement autonomes et sans liens internes entre elles (1 syndicat des administratifs, 1 syndicat des tos Etat, 1 Syndicat des TOS territoriaux (placé sous l’égide de la fédération de la fonction publique territoriale CGTR) etc. et pourquoi pas aussi 1 syndicat des ATL

• Conserver la structuration actuelle sans tenir compte des lois de décentralisation et de ses conséquences

• Adapter notre structure en intégrant la problématique de la décentralisation

La première option reviendrait à revenir sur le caractère « général et généraliste » de notre organisation au profit de syndicats plus catégoriels à l’instar des unions autonomes. Cela favoriserait les micros cultures préjudiciables au « tous ensemble » qui fonde notre identité collective « établir des ponts et non ériger des murs ».

La seconde option aurait pour effet de scléroser notre syndicat en ne lui permettant pas de s’adapter aux réalités incontournables et nouveau dimensionnement liés à l’exercice et aux conséquences de la décentralisation .Quid des tos territoriaux qui ne sont pas agents de l’Etat ? Relations institutionnelles avec le conseil Régional et général et notre syndicat Etat au sujet des tos territoriaux etc.

Enfin troisième option : celle-ci à l’évidence semble être la plus adaptée. Elle nécessite néanmoins une évolution de notre structuration organisationnelle.

Afin de préserver notre cohérence, notre capacité à agir et une meilleure lisibilité stratégique, le 6 ème congrès propose de conserver le caractère généraliste et unitaire du SGPEN CGTR tout en absorbant les bouleversements nés des lois de décentralisation

Cela passe d’abord par la modification statutaire suivante :

« Le SGPEN-CGTR A VOCATION A SYNDIQUER, ET SYNDIQUERA L’ENSEMBLE DES PERSONNELS ATOSS ( titulaires contractuels et précaires) QUI EXERCENT LEURS MISSIONS :
�� DANS DES SERVICES : RECTORATS - CREPS –– CIO –CMS , IUFM, DDJS, UNIVERSITE, CRDP …..�� AU SEIN DES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES.

Autrement dit, pour les TOS ce n’ est pas le statut « Etat » ( détachés ) ou « territorial « ( intégrés ) qui détermine le champ de syndicalisation de notre organisation mais l’implantation des personnels et l’exercice de leur mission éducative

Cela nécessite néanmoins que soit établi et que vive un véritable partenariat privilégié avec nos camarades de la fédération des fonctionnaires territoriaux CGTR

Afin d’apporter l’oxygène nécessaire pour un fonctionnement optimal et pour tenir compte des partitions de services et champs institutionnels non intégrés nés de la décentralisation et des transferts, le 6eme congrès propose la création d’une section TOS Conseil Général et une section TOS conseil général rattachés et intégrés statutairement au SGPEN CGTR

Le 6éme congrès propose d’acter cette adaptation dans les statuts du SGPEN-CGTR

Au-delà d’un incontournable positionnement stratégique, cette adaptation est rendu dans les faits inévitable par l’utilisation de droits syndicaux nouveaux (Elections CTP, CHS… ASA et DAS)

1.2/ Elargir provisoirement notre champ de syndicalisation aux personnels d’éducation

De nombreux collègues syndiqués précaires exerçant précédemment dans la filière administrative ont été reclassés sur des emplois d’assistants d’éducation suite au combat mené par notre organisation pour que personne ne reste sur le bord du chemin

Il ne faudrait pas maintenant qu’ils soient exclus de fait du SGPEN CGTR, en raison de leur changement de missions dans l’éducation nationale
A défaut d’une section sur le plan local du S.E.N CGTR (personnels enseignants et d’éducation), le SGPEN CGTR après accord avec la confédération CGTR décide d’élargir son champ de syndicalisation auprès de ces personnels.

Le 6éme congrès approuve une telle ouverture qui revêt un caractère statutaire provisoire dans l’attente de la constitution d’une section SEN CGTR

Le 6ème congrès donne mandat au trésorier académique pour élaborer en concertation avec le bureau académique une nouvelle grille de cotisations pour cette catégorie de personnels

En revanche, nous n’avons pas la capacité d’intégrer les personnels enseignants

Le 6 ème congrès propose une modification statutaire pour l’élargissement du champ de syndicalisation aux assistants d’éducation.

Refonte du bureau académique
Le 6 ème congrès décide que le bureau soit formé de 14 membres, autant que faire se peut, comme suit :

- Le Secrétaire général
- 3 secrétaires généraux adjoints :
• Un Secrétaire général adjoint chargé de la filière administrative + coordonnateur Capa toutes filières
• Un secrétaire général adjoint chargé de la filière ouvrière
• Un secrétaire général adjoint chargé de la filière laboratoire
- Un responsable filière sociale et de santé
- Un délégué général chargé de la communication
- Un trésorier académique
- Un responsable N.T.I.C
- Un responsable formation
- Un responsable de section TOS lycée
- Un responsable section TOS collège
- 4 responsables inter catégorielle de zones (Sud, nord Est, Ouest)

Commission exécutive : la commission exécutive est composée de 22 membres
Vendredi 30 Mai 2008 Patrick CORRE
Notez
Commentaires (0) | Rédigé par Patrick CORRE le Vendredi 30 Mai 2008 à 19:31

Lors du 10ème congres de notre confédération, la CGTR a réaffirmé avec force la nécessité de dépasser les divisions syndicales, le 6ème congres du SGPEN-CGTR s’inscrit dans une telle orientation et considère avec la confédération que l’unité d’action doit être « une règle de vie » entre organisations.


A/ Dépasser les divisions syndicales….

Il est un fait : la division et l’atomisation du paysage syndical en une multitude d’organisations plus ou moins importantes peuvent constituer si l’on n’y prend garde un handicap majeur au regroupement unitaire des salariés.

Face à un tel constat, il y a dès lors deux postures possibles :

L’une consiste à ce que les organisations s’ignorent complètement au nom des divergences revendicatives et/ou idéologiques adoptant ainsi la culture du repli sectaire.

L’autre posture possible, et c’est celle que nous revendiquons, consiste au contraire à promouvoir la culture du dialogue et le libre débat d’idée entre organisations dans un climat de respect mutuel.

C’est sur la base d’une discussion ,contradictoire , franche, fraternelle, ouverte mais sans renoncement que nous pourrons nouer de saines relations avec nos partenaires des autres centrales et ainsi créer les meilleures conditions pour la mise en force des convergences d’action .

Le SGPEN-CGTR ne vit pas le pluralisme syndical comme un handicap mais comme l’expression de la richesse des mouvements et confrontations d’idées dans l’histoire du mouvement ouvrier .Le pluralisme syndical peut permettre à chaque salarié selon sa sensibilité « de s’y retrouver » , il peut en ce sens contribuer à faire reculer les « déserts syndicaux » pour peu qu’il soit accompagné d’une véritable pratique démocratique en terme de culture d’organisation.


B/…. En mettant l’accent sur les convergences, afin de développer l’unité d’action


Aller vers un syndicalisme rassemblé

Plus que jamais, « rassembler les salariés » pour l’efficacité de l’action est un objectif commun que devraient pouvoir s’assigner toutes les organisations syndicales

La recherche permanente des convergences est une incontournable nécessité pour tous ceux qui ont décidé de reléguer les logiques d’appareils au second plan pour ne privilégier que l’essentiel, à savoir la construction d’un cadre unitaire pour « booster » les revendications des personnels .
Aller vers un syndicalisme rassemblé, c’est d’abord mettre l’accent sur ce qui peut nous unir et les convergences en ce domaine sont nombreuses.


Nous avons pu bâtir en de nombreuses circonstances un cadre d’étroites coopérations par la mise en place d’intersyndicales qui ont bien fonctionnées.

A cet égard, le combat pour la défense des personnes précaires contre la précarité et pour des emplois stables a donné une pleine illustration de notre capacité de rassemblement

Ainsi , « parti en lutte » courant octobre avec la seule FSU , nous avons pu constituer un front syndical très large regroupant pas moins de 11 syndicats de personnels enseignants et non enseignants (SGPEN-CGTR, FSU, SGEN-CFDT, FO, SAIPER, SNETAA, Sud Education, SE-UNSA, SCENRAC-CFTC, SAFPTR, SNALC) avec le soutien de la FCPE

Ce front syndical continue d’exister après plus de 6 mois de luttes même si nous pouvons regretter l’absence de deux organisations regroupant des personnels administratifs et tos ( le Snaen cT Unsa et A&I-Unsa)

Le SGPEN-CGTR a ainsi traduit les objectifs d’unité d’action qu’ils s’étaient assignés à l’occasion de son 5ème congrès en réalité du terrain .Nous ne pouvons que nous enorgueillir d’avoir par notre comportement constructif contribuer à l’émergence de telles formes d’organisations qui bien sur n’auraient pas été possibles sans l’esprit de responsabilité et la volonté de rassemblement de nos partenaires syndicaux

Les rapports fraternels entretenus avec l’ensemble des forces syndicales impliquées dans l’intersyndicale n’ont été rendus possibles que grâce au respect mutuel entre organisations

Il ne suffit pas d’avoir des revendications légitimes et partagées pour que soit assuré le succès d’intersyndicale pérennes encore faut il veillez à avoir une attitude non équivoque basée sur la sincérité et sans arrières pensées boutiquières.

Il nous reste maintenant à franchir un seuil supplémentaire en dépassant les unités de « circonstances » par la recherche en permanence des propositions communes que nous pouvons porter .Cela suppose la mise en place d’un cadre de travail permanent d’échanges et de rencontres entres organisations afin de développer l’unité d’action.

Bien évidemment, il ne s’agit pas de rechercher l’unité pour l’unité, comme une simple fin en soi, mais comme un moyen permettant d’agir sur les ressorts de réelles mobilisations d’envergures, portées démocratiquement par et avec les personnels.

Cette unité d’action ne saurait non plus se réduire à de simples accords d’appareils syndicaux même s’ils sont par ailleurs pertinents, mais doit se construire « à tous les niveaux » afin de « légitimer » le contenu des plates formes unitaires revendicatives.

En tout état de cause, nous ne prônons, ni suivisme «abêtissant » ni spontanéisme réducteur car il ne s’agit « d’être en phase » « pour être en phase » avec ce que certains appellent péjorativement la base ,mais il s’agit de défendre des revendications que nous estimons juste même si à certains moments elles peuvent être perçues en décalage avec des aspirations immédiates. C’est cela l’indépendance syndicale, ne pas se noyer, ne pas se fondre, exister tout simplement en faisant valoir ses points de vues dans un espace de libre confrontation

Le 6éme congres donne mandat au nouveau bureau académique du SGPEN-CGTR d’œuvrer au renforcement de la nécessaire unité d’action .

Jeudi 29 Mai 2008 Patrick CORRE
Notez
Commentaires (0) | Rédigé par Patrick CORRE le Jeudi 29 Mai 2008 à 12:23


1/ Franchir un nouveau seuil dans la syndicalisation


1.1/ Une audience en forte progression

Depuis le 5ème congrès, notre audience a incontestablement fait un bond en avant.

Ainsi, le rayonnement de notre syndicat s’est élargie de façon significative par le renforcement de notre implantation dans des services ou nous étions jusqu’alors quasi inexistants : centre médico -scolaires, Inspections éducation nationale , direction départementale de la jeunesse et des sports, centre d ’information et d’orientation (CIO) , GIBTP, Néotech III , voire inexistants ( I.U.F.M) et la consolidation de notre présence dans nos secteurs d’activité plus « habituels » ( EPLE)

Ces renforcements de notre présence ont débouché sur une progression constante de notre audience à l’occasion des diverses élections professionnelles.

Le SGPEN CGTR s’est aujourd’hui une représentativité de 40% parmi les personnels administratifs et de 25% dans les filières ATEC et de laboratoire contre 17% en 2004

La conjonction de ces éléments témoigne d’une vitalité et d’une santé certaine de notre organisation qui au quotidien s’efforce d’être au plus près des collègues.

Notre travail syndical de proximité conjugué à notre présence incontestable sur le terrain des luttes a mis en relief pour un grand nombre de personnels notre capacité à peser et à construire avec nos partenaires des mobilisations parfois exemplaires (lutte contre la précarité pour des emplois stables et pérennes.)

Comme présenté dans notre rapport d’activité du 6ème congrès, l’image du SGPEN-CGTR s’en est retrouvée valorisée et son potentiel d’audience renforcé

Il nous reste maintenant non plus à « transformer l’essai » comme nous nous l’étions fixé lors de notre 5ème congrès mais à consolider cet acquis dans le temps en allant encore plus loin dans la transformation d’un syndicalisme d’audience à un syndicalisme de syndiqués.


1.2/ Renforcer le SGPEN-CGTR : un besoin vital

Conforter et renforcer son audience c’est bien, mais construite l’organisation par l’apport des forces nouvelles c’est mieux !!

A cet égard, il nous reste beaucoup à faire.

Il faut que chacun des militants, chacun des adhérents sur son lieu de travail et autour de lui « ose » davantage proposer l’adhésion à ses collègues et connaissances.

Cette dynamique commence à prendre forme, elle mérite d’être soutenue et amplifiée.
Nous avons doublé le nombre de nos adhérents depuis le 5ème congrès, nous pouvons le doubler de nouveau jusqu’au 7eme congrès, c’est non seulement souhaitable mais c’est surtout syndicalement possible.


Cette campagne de syndicalisation peut être articulée autour d’une idée simple et lisible : Renforcer le SGPEN-CGTR, c’est renforcer votre force pour l’avenir !!

Bien évidemment, Il ne s’agit pas de réduire notre action à la seule syndicalisation de nouveau collègues, il nous faut également œuvrer à maintenir au SGPEN-CGTR les adhérents partant à la retraite… et ces derniers seront nombreux d’ici à trois ans.

Le renforcement de notre syndicat nécessite par ailleurs de modifier le rapport syndicat-syndiqué pour que ce dernier soit, non l’auxiliaire mais le moteur de la vie syndicale.

2/ Des syndiqués au cœur de la construction du Syndicat

Toute notre démarche doit tendre à la réalisation de cette double exigence :

- Pas de sérieux pas quantitatifs et qualitatifs dans la marche en avant de notre syndicat sans une plus grande responsabilisation du syndiqué.
- Pas de syndiqué acteur de la vie syndicale sans véritable politique d’information et de formation.

2.1/ Des syndiqués informés

Associer nos adhérents, c’est d’abord les informer et savoir échanger et communiquer !

2.1.1 Une information adaptée et une communication maîtrisée

- Nécessité d’utiliser de façon équilibrée tous les vecteurs de communication
« Support écrit » « support oral » « support des N.T.I.C (nouvelles Technologies-Internet) ».

- « Informer et intégrer par le Support écrit » :
Nécessité de veiller à la régularité (bimestriel) de diffusion de notre journal Oxygène qui a fait peau neuve tant dans sa matrice éditoriale que dans sa charte graphique. Envoi prioritaire aux adhérents
Transmission au national du fichier réactualisé des adhérents pour envoi individuel du Bulletin national de l’UN des SGPEN-CGT (l’AGENT).
Elaboration d’une lettre mensuelle du syndiqué avec pour objectif d’informer et d’associer le syndiqué sur la vie du syndicat et les initiatives

- « Favoriser le dialogue par le Support oral » : Poursuite de la tenue régulière d’heures syndicales d’information mensuelle avec une participation active souhaitable des adhérents en amont
Tenue d’une Assemblée générale annuelle des syndiqués et réunions d’adhérents avec leur section sur le lieu de travail

- " améliorer la réactivité par le Support des nouvelles technologies » :

Rénover notre site web en le rendant encore plus attractif avec l’objectif de passer de nos 15600 visiteurs différents /mois à 30000 /mois fin decembre 2009.Pour information, le nombre de connections jours que nous enregistrons mensuellement est égal au nombres de connections enregistrés sur toute l'année 2007, c'est dire l'explosion de férquentation de notre site

Modules de formation SGPEN CGTR d’apprentissage et approfondissement de l’Utilisation de la messagerie électronique (avantages : instantanéité de l’information- plus grande réactivité, coût financier moindre, gain de temps appréciable.

2.1.2 Une communication maîtrisée

Nous devons bien évidemment veiller à ce que l’utilisation de ces vecteurs de communication soit maîtrisée.

• Equilibre dans le volume d’information (trop d’information nuit à la lisibilité de l’information et génère un effet de saturation,)
• Adaptabilité et spécialisation du message (adaptabilité du contenu du message aux différents publics que nous souhaitons touchés, le « spécialiser ». Envoyer un compte rendu de CAPA des attachés aux collègues ATEC ou Adjoint est pour le moins improductif .Il convient donc de bien cibler les destinataires afin de rendre l’information la plus perceptible et la plus intelligible possible.
• Nécessité d’équilibrer « information ciblée » et « identité collective » : Il est important de maintenir un parfait équilibre entre communication ciblée et communication globale. La « spécialisation » de l’information peut devenir contraire à l’affirmation d’un langage commun, ciment du sentiment d’appartenance à une même communauté éducative.

Plus on cible et plus le danger est grand de développer des micro-cultures au sein de l’organisation

Or, l’information et la communication pour être efficaces sont celles qui favorisent les décloisonnements et s’attachent à promouvoir une véritable identité collective.

Aussi, paraît-il nécessaire de rechercher un équilibre maîtrisé entre une « personnalisation » du message à destination d’un « segment » identifié et la communication de ce même message adapté à l’ensemble des adhérents


2.1/ Des syndiqués formés

Pour que l’adhèrent soit le moteur d’une politique syndicale de proximité et un référent incontournable dans les services et établissements, il faut, non seulement, qu’il puisse être à même de répondre aux interrogations et demandes de leur collègue mais qu’il soit aussi capable de débattre et d’expliquer les orientations, propositions, et objectifs de son syndicat.

Le syndiqué a besoin, face à un monde qui bouge et des rapports de société qui se complexifient, de grilles de lecture lui permettant de se forger sa propre réflexion et de nourrir l’esprit critique.

Il est également important qu’il puisse devenir « propriétaire » de son organisation en s’appropriant l’histoire, le fonctionnement, l’organisation des structures ainsi que les objectifs poursuivis par le SGPEN-CGTR.

Pour ce faire, Le 6ème congrès retient comme axes prioritaires insuffisamment mis en œuvre depuis le 5ème congrès

• Proposer une formation syndicale d’accueil à tout nouvel adhérent (présentation du syndicat. des structures.)
• Proposer à toutes et à tous une formation initiale et continue en matière d’accès, de connaissance et d’utilisation des NTIC (informatique et Internet)
• Proposer à tout adhèrent qui souhaite prendre des responsabilités nouvelles, des modules de formation de plusieurs niveaux.


Le 6ème congrès place le pilotage de la formation sous le contrôle du bureau académique.
A charge pour ces derniers d’élaborer un calendrier de formation en adéquation avec les besoins exprimés par les syndiqués
Mercredi 28 Mai 2008 Patirck CORRE
Notez
Commentaires (0) | Rédigé par Patirck CORRE le Mercredi 28 Mai 2008 à 13:38

Dans notre Ile, bien plus fortement que dans le reste de l’Hexagone, l’ultralibéralisme gouvernemental prend une résonance toute particulière dans une société minée par un chômage massif (38% de chômeurs) et par une paupérisation et une précarisation extrêmes.



Les délégués au 6ème congrès du SGPEN-CGTR sont parfaitement conscients de la situation sociale et économique particulière de la Réunion qui connaît de nombreux retards structurels en particulier dans les services publics et un taux de chômage élevé ;

Ils rappellent leur attachement à un service public de qualité, facteur incontestable de développement et soulignent avec force le rôle essentiel de l’éducation nationale dans la société réunionnaise avec 18000 personnels et 240 000 élèves scolarisés.

Le taux d’encadrement en emploi public dans les administrations en général et au sein de l’Education nationale en particulier est le plus faible de France alors que nous besoin pour le développement rapide et durable de notre région de services publics forts et de qualité.

Avec un déficit, estimé selon les propres services du Ministère (tableau inter-académique publié par le Ministère de L'éducation) à près de 500 emplois, l’académie de la Réunion est la lanterne rouge des académies de France et de Navarre ; Rang de classement : 30 ème/30ème source (source : tableau inter-académique publié par le Ministère de L'éducation).

La dotation exceptionnelle d’emplois TOS allouée à notre académie en 2007 s’avère nettement insuffisante et n’est pas à la hauteur du déficit d’emplois connu .Pour l’état, c’est une dotation pour « solde de tout compte » , ce qui est pour nous inacceptable à bien des égards.

A ce sous effectif en emplois de titulaires s’ajoute la mise sur le bord du chemin de plusieurs centaines de collègues précaires (dont 343 de la filière administrative) qui pour certains cumulent plus de 10 ans de service.

Nous ne pouvons accepter que nos collègues qui exercent dans les services et établissements depuis de nombreuses années concourant par la même au bon fonctionnement du service public, soit jetés comme de vulgaires « KLEENEX ». « On a pressé le citron, on peut jeter la peau » et remplacés par des nouveaux précaires sur des contrats encore plus précaires

Le 6ème congrès du SGPEN-CGTR ne peut tolérer que le sous effectif et le largage des collègues les plus exposes socialement soient la réponse au problème de l’emploi .Cette équation antisociale chère au MEDEF et à Sarkosy nous la rejetons !

La précarité nous n’en voulant plus, nous refusons qu’on la reconstitue comme un puits sans fond par le recrutement de nouveaux précaires. Ce n’est en effet pas de nouveaux précaires en substitution des précaires qui étaient dans nos services dont nous avons besoin mais de création de postes de titulaires

Force est de constater que le C.U.I proposé par le gouvernement, par l’absence d’engagement de titularisation des personnels éligibles à ce dispositif n’est pas autre chose qu’une énième formule de contrats précaires


Ainsi, les délégués au 6eme congrès :

- Œuvreront contre la reconstitution de la précarité, pour des emplois stables et pérennes en exigeant des conseils d’administration qu’ils se prononcent contre l’autorisation pouvant être accordé aux chefs d’établissement de recruter de nouveaux précaires

- S’engagent à poursuivre le combat pour obtenir un plan de résorption de la précarité dans l’Education Nationale par la transformation de tous les emplois contractuels et précaires existants dans nos services en emplois statutaires

- Réclament une programmation pluriannuelle de (re-) création d’emplois statutaires sur la base d’un échéancier précis notamment dans la filière ATOSS

- En articulation avec les revendications précédemment énoncées, lutteront par le développement de lutte solidaire « titulaires, contractuels, précaires, solidarité » pour qu’on ajoute pas de la précarité à la précarité et que la situation des personnels contractuels et précaires soit sensiblement améliorée : couverture sociale, droits syndicaux, formation professionnelle adaptée, versement des indemnités pour travaux insalubres, I.A.T. revalorisation salariale etc.) et ce dans l’attente de leur titularisation


Le 6 ème congrès du SGPEN-CGTR se prononce pour la mise en place d’une commission mixte regroupant personnels titulaires, personnels contractuels et personnels précaires

Cette commission aura pour tâche d’élaborer une plate forme revendicative plus détaillée, plus élaborée et complète qui sera ensuite soumise à la commission exécutive du syndicat dans l’objectif de conduire des actions nécessaires pour les faire aboutir
Mardi 27 Mai 2008 Patrick CORRE
Notez
Commentaires (0) | Rédigé par Patrick CORRE le Mardi 27 Mai 2008 à 15:30
1/ Une politique financière solidaire…

Les cotisations versées par les syndiqués constituent actuellement la source unique de financement du SGPEN-CGTR.

La cotisation syndicale est loin d’être un geste anodin, elle marque non seulement la confiance et l’engagement du salarié qui se syndique mais elle permet également de garantir notre indépendance syndicale.

Le SGPEN-CGTR est une composante, une des nombreuses organisations que compte la CGTR.

Au 10 ème congrès de la CGTR, il a été décidé de repartir les cotisations de chaque syndicat de la CGTR de la façon suivante :

- Confédération : 30%
- Région : 30%
- Fédération : 20%
- Syndicat : 20%

L’objectif comme l’a précisé le 10 ème congrès de la CGTR « i[c’est que chaque cotisation irrigue l’ensemble de nos structures dans b[une perspective de solidarité et de confédéralisation de nos comportements et actions]]bi ».

Cette répartition librement, collégialement et démocratiquement adoptée est valable jusqu’au prochain congrès qui décidera s’il pérennise ou invalide ce système de répartition.

En attendant, les quottes-parts doivent faire l’objet de versements réguliers selon l’échéancier et les modalités arrêtées.

2/ … et efficace

«Adopter un nouveau système de cotisations »

Face aux besoins financiers importants de fonctionnement auxquels nous sommes confrontées, il devient urgent et important pour le SGPEN-CGTR de décliner une véritable politique financière.

Il convient tout d’abord de réduire dans toute la limite du possible, certains retards constatés de versement de cotisations qui pèsent sur un fonctionnement optimal du syndicat.

Comment ? En systématisant davantage le recours « au prélèvement » automatique.
Cette procédure financière offre régularité de paiement des cotisations et « libère » le temps traditionnel et fastidieux de collectage.

Il ne s’agit pas bien évidemment de rompre le lien physique avec l’adhérent mais d’utiliser le temps ainsi libérer à davantage de proximité avec ce dernier en développant l’activité revendicative syndicale de terrain.

Enfin, nous devons privilégier la recherche d’autres sources de financement.

Plusieurs pistes peuvent être explorées :

- Organisation d’une rencontre annuelle à caractère festif du SGPEN-CGTR « la fête du SGPEN-CGTR »

- Réunion repas- débats

- Réservation d’espaces publicitaires dans notre presse académique « Oxygène » pour non seulement autofinancer sa parution mais pouvoir aussi dégager des marges financières. Préférence doit être donnée aux annonces à caractère associatif et mutualistes. Même type d’opération sur le site WEB que nous entendons sous peu encore davantage développer.

- Collecte et campagne de soutien financier ponctuelles..

- Recherches de sponsoring pour l’édition de nos publications et les « événementiels »

Les 6 ème congres mandate la commission financière pour « fluidifier » le système de cotisation en développant l’option prélèvement automatique et enrichir les esquisses des financements périphériques précités.
Lundi 26 Mai 2008 Patrick CORRE
Notez
Commentaires (0) | Rédigé par Patrick CORRE le Lundi 26 Mai 2008 à 00:09
o USAGE DE CE BLOG
Ce blog est mis en place pour contribuer aux débats dans le cadre de la préparation du congrès du SGPEN CGTR.
Vous y trouverez les résolutions, les modifications statutaires envisagées, des commentaires et des réflexions.
Il s'agit de faciliter en amont les échanges sur les questions mises en débat qui seront votées lors du congrès.

o A PROPOS DES COMMENTAIRES
Les commentaires sont libres de contenu. Ils ne sont pas modérés a priori, ce blog fonctionne sur la confiance.
En revanche quelques principes évidents sont à respecter :
• Les commentaires doivent se rapporter précisément au contenu de l'article commenté. Les administrateurs se réserve le droit de supprimer, voire de déplacer un commentaire hors sujet.
• Les commentaires n'ont pas le statut d'amendement aux résolutions, seuls les syndicats après examens et votes dans les réunions départementales préparatoires peuvent en proposer.
• Les commentaires doivent respecter la législation en vigueur.
Tout contrevenant s'expose à des poursuites.

Toutes les contributions, commentaires et textes de fond, sont proposés par leurs auteurs respectifs aux responsables de publication du blog.
Ils restent soumis à la validation des responsables de publication, qui se réservent le droit de refuser tout texte non conforme à la charte rédactionnelle.
Le secrétariat de rédaction est assuré par le bureau.

o DROITS D'AUTEURS ET VIE PRIVÉE
En écrivant un commentaire, vous autorisez le SGPEN CGTR à reproduire, diffuser vos écrits.
Il est souhaitable de préciser votre lieu d’exercice et si vous êtes syndiqué
Mardi 8 Avril 2008 Patirck CORRE
Notez
Commentaires (0) | Rédigé par Patirck CORRE le Mardi 8 Avril 2008 à 09:12