SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK

SITE SPECIFIQUE SPÉCIAL COVID DE LA CGT FONCTION PUBLIQUE

BUREAU ACADEMIQUE -RESPONSABLES CGTR EDUC'ACTION-CLIQUEZ ICI !!

LES GUIDES JURIDIQUES
DE LA CGT EDUC'ACTION

ESPACE du 1er DEGRE
de la Cgt Educ'Action

Le GUIDE ATSS
DE LA CGTR EDUC'ACTION

RESPONSABLE CGTR EDUC DES AESH
- Marylene Romeo 0692.03.74.23






           
SAENES

A l’attention des SAENES des EPLE..

LA PFR, c’est l’arnaque, la mise en concurrence entre les personnels et une atteinte aux fondements de la rémunération des fonctionnaires.



A l’attention des SAENES des EPLE..
Cher(e)s collègues,


Rejetée par les organisations syndicales qui représentent plus de 70% des personnels, la mise en œuvre de la PFR a vite démontré qu’elle n’était qu’un outil pour détruire davantage nos statuts et corps en accentuant une mise en concurrence délétère entre le personnels alors qu’il faudrait privilégier le travail en équipe.

Dans la fonction publique, la qualité du service public rendu aux usagers et à la communauté éducative ne se mesure pas aux « performances individuelles ».

Classer les personnels des différents corps (Adaenes, Saenes et prochainement Adjaenes en 2011) en différents niveaux de catégorie avec un montant indemnitaire différencié selon la classification du poste coté est inacceptable à bien des égards. A coup sur, cela ne peut qu’inciter à une mise en concurrence entre personnels, mais n’est ce pas là un des objectifs de cette réforme « diviser les personnels pour mieux régner » ?

On s’oriente dans la fonction publique vers des filières de métiers, alors que nous sommes aujourd’hui dans une fonction publique statutairement basée sur le grade qui permet d’occuper plusieurs métiers et de développer une réelle mobilité fonctionnelle. Ce qui s’est passé avec la Poste qui a servi de laboratoire (passage d’administration d’état au statut d’entreprise) est de ce point de vue riches en enseignements .

La classification par postes, par métiers, demain en postes à responsabilités particulières pour les SAENES, voire les Adjaenes en substitution de l’élément majeur qu’est le grade rentre dans un tel cadre destructeur.

Le ministère n’a par ailleurs même pas l’ambition de sa reforme néfaste. Pour preuve, la majorité des SAENES n’auront pas autre chose que rien si ce n’est des miettes indemnitaires bien inferieures aux attentes d’une revalorisation réelle.

A&I, signataire de la PFR aurait mieux fait d’être aux cotés des autres syndicats qui se battent pour que le régime indemnitaire des personnels de l’éducation nationale soit notamment aligné sur celui beaucoup plus favorable d’agents d’autres ministères, auxquels rappelons le, nous sommes à des années lumières.

Et voila cette organisation, toute honte bue, crier maintenant sa désolation sur les miettes attribuées par le ministère (pas pour tout le monde puisque les sasu à la réunion percevront plus de 525 euros par mois que l’an dernier) alors que tout était déjà connu au moment de la fameuse signature de cet accord scélérat.

Comment peut-on accepter de gager des suppressions de postes contre des primes au mérite ?

Comment peut-on accepter d’épouser les discours de sarko sur la performance en leur donnant du « relief syndical » dans la fonction publique ? Les personnels ne sont pas en compétition dans un champ de course pour voir qui va gagner le meilleur niveau au final.

Inimaginable !

Et si les collègues parlent autant de la PFR c’est que cela leur reste légitimement à travers leur gorge et qu’ils considèrent à juste titre comme un sacrilège de brader les intérêts de tous pour une poignée de lentilles mal cuites.

Face au tollé et au rejet naturel que provoque la P.F.R parmi les personnels, ce syndicat qui faisait passer la suppression de 1 700 postes comme une victoire et comme le résultat d’âpres négociations en échange de la PFR commence à modifier son discours ( « ca aurait pu être pire dise t’il avec impudence si on avait pas signé ») Pourquoi tant qu’on y est ne pas imposer sa signature pour le recul de l’âge de la retraite à 62 ans en indiquant que c’est une victoire car le gouvernement voulait la porter à 65 ans. Une bien piètre ligne de défense et une argumentation syndicale sidérale d’acceptation de la pfr .

Ainsi, avec A&i, nous sommes passes en un mois seulement d’un communique victorieux sur la PFR ….

TRACT A&I de septembre 2010 au sujet de l’accord PFR contre acceptation de 1 700 suppression de postes : « Le résultat de la discussion serrée est ce qu’on appelle un « compromis acceptable ». Il a été obtenu de haute lutte. Le syndicat l’a signé lorsqu’il a jugé qu’il avait été au bout de ce qu’il pouvait arracher de bon pour les collègues. » Faut‐il que ce relevé de conclusions signé le 9 octobre 2008 par le Ministre de l’Education nationale, X. Darcos et le Secrétaire général du syndicat A&I‐UNSA, J.Y. Rocca, soit positif pour qu’il soit, aussitôt, dénoncé avec la plus grande violence par d’autres syndicat ».

….A un communique qui change de ton face aux critiques des collègues
Tract A&I du 27 octobre « la PFR nous est imposé par le gouvernement dans le cadre de la reforme indemnitaire de la fonction publique. Nous ne faisons que subir son application.

….pour terminer devant l’évidence que cela ce ne passe décidément toujours pas auprès des personnels …. Position A&i au ctps du jeudi 5 novembre 2010 : vote contre la PFR rejoignant notre vote …. L’administration était d’ailleurs décontenancée et morte de rire devant un tel revirement à 18O° de cette organisation.

Et puis comme le naturel revient au galop, voila que cette organisation qui a négocié les contours et le contenu de la PFR en vient à réclamer que la part f de la pfr soit porte à 3.5 pour le niveau 3 et le niveau 3 pour le niveau 2. Cela revient dans les faits à accepter et à légitimer les fameux niveaux qui introduisent la concurrence entre collègues et à tomber une nouvelle fois le masque.

Le tout, cerise sur le gâteau, étant à enveloppe financière constante, c'est-à-dire que la masse financière ne bouge pas, ce qui reviendra au final à pénaliser certains, en faisant passer moins d’emploi à un niveau supérieur réclamé par nos experts en cogestion.

Quant au versement de la prime pour les personnels logés, il faut rétablir la vérité, cette maigre consolation était déjà acquise avant le bouclage de la P.F.R. .

Le SGPEN CGTR dénonce :

- le saupoudrage du régime indemnitaire « en échange » des suppressions de postes dans l’éducation nationale et la fonction publique 1 700 postes (Accord A&I/DARCOS sur la mise en œuvre de la PFR)

- l’individualisation des rémunérations et la remise en cause du principe de séparation du grade et de l’emploi qu’introduit notamment la mise en place de la PFR et la modulation indemnitaire dans les services et les établissements ; la réforme de l’évaluation avait déjà posé les bases de cette mise en concurrence des collègues; Elle est renforcée.

- la cotation des postes qui vise à comparer et diviser les agents d’un même corps, à profiler les postes et remet en cause le droit au mouvement dans un même corps.

Exigeons et battons nous ensemble :
- contre des coefficients différents à l’intérieur d’un corps selon le type de poste ;
- contre la modulation individuelle au « mérite »,
- contre l’injustice de certaines retenues (maladie, … qui acte le principe de la double peine ), et exigeons en conséquence maintien des indemnités en cas de maladie ..

A l’opposé de la logique délétère de la PFR , le SGPEN CGTR exige :
- la hausse de la valeur du point d’indice pour tous, le rattrapage du pouvoir d’achat et la requalification des emplois
- la revalorisation des primes et indemnités de toutes les filières BIATOS par alignement sur les régimes les plus favorables de la fonction publique d’État, préalable à leur intégration dans le salaire indiciaire, permettant de plus leur réelle prise en compte dans la retraite
- des montants indemnitaires identiques à corps ou grades équivalents,
- l’octroi de primes équivalentes aux contractuels sous forme de points d’indice
- la défense des indemnités spécifiques justifiées, statutaires ou fonctionnelles.

Nous demandons par ailleurs à l’administration, au nom de la transparence, comme elle l’a fait pour les SAENES du rectorat, de publier la cartographie exacte des postes cotés et lieux d’implantation.

Jeudi 4 Novembre 2010
Patrick CORRE
Lu 2073 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

AAENES | ADJAENES | Agents | CASU | SAENES


ADHESION A LA CGTR EDUC'ACTION
CLIQUEZ SUR LE LOGO !!!
Trésorière : Fabiola Thermidor - 0693.94.01.99

Newsletter


L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Forum


Le site de l'Union Nationale des Syndicats de l'Education Nationale

Le site de l'Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires


Le Quotidien de la Réunion et de l'Océan Indien