SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK

BUREAU ACADEMIQUE -RESPONSABLES CGTR EDUC'ACTION-CLIQUEZ ICI !!

LES GUIDES JURIDIQUES
DE LA CGT EDUC'ACTION

ESPACE du 1er DEGRE
de la Cgt Educ'Action

Le GUIDE ATSS
DE LA CGTR EDUC'ACTION

RESPONSABLE CGTR EDUC DES AESH
- ADELINE MARCHAIS AU 0.692.36.91.08






           
Editos

APPEL DE LA CGTR EDUC'ACTION AU BOYCOTT DU COMITE TECHNIQUE du 27 JANVIER 2012- APPEL A LA GRÉVE LE 31 JANVIER 2012





Au plus grand mépris des règles régissant le dialogue social , le recteur , comme à son accoutumé , a décidé de convoquer vendredi 27 janvier 2012, le comité technique académique sans que les syndicats ne connaissent en temps utile les documents relatif à celui ci

le recteur n'en est pas à son premier coup de force contre les organisations représentatives des personnels en terme de déni du dialogue social

Il semble tout au contraire qu'il s'en est fait une spécialité , une culture de "gouvernance"

Si des textes réglementaires existent notamment en terme de délais de transmission de documents préparatoires à ce type de réunion importante , c'est bien pour permettre aux partenaires sociaux de donner
leur avis éclairé sur les questions dont ils sont saisies et non pour s’asseoir dessus comme le fait allégrement le recteur

Au menu de ce comité technique , les suppressions de postes qui vont une nouvelle fois saigner notre académie

- 156 emplois enseignants supprimes à la REUNION dont 87 nouvelles suppressions de postes dans le 2e degre et 69 dans les le 1er degré (écoles) à la REUNION


Le projet est saignant. Les suppressions de postes sont une nouvelle fois au rendez vous. Exit la
promesse évoquée un temps du gouvernement d’un gel de suppression de postes dans le primaire pour 2012 2013. Elle a fait long feu................

Ignorée les observations de l’OCDE qui pointe la faiblesse du taux d’encadrement du premier degré en France

Ces nouvelles suppressions de postes frapperont toutes les académies à l’exception de la Guyane.

Notre académie sera une nouvelle mise a contribution au nom de l’effort national alors que comme en Guyane nous présentons des particularités fortes et que nous aurions du être placée en raison de celles ci en, zone 0 suppression de postes. Piètre avocat que notre recteur plus préoccupé semble t’il a viré coute que coute les vacataires permanentes qu’a défendre de bonnes conditions de scolarité pour nos marmailles.

La CGTR Educ’action exprime ses plus vives inquiétudes sur l'impact de ces nouvelles suppressions d'emploi sur notre système éducatif à la Réunion déjà au bord de l'asphyxie.

Comme cette année, le gouvernement entend taper là où les besoins sont les plus grands :

-augmentation de la taille des classes dans les écoles et les collèges,

-au niveau de la filière administrative : dépouillement des emplois dans les rectorats et EPLE - enseignants affectés "hors des classes", en particulier disparition progressive des RASED, ces enseignants du premier
degré spécialisés pour aider les élèves les plus en difficulté,-
- disparition progressive des assistants en langues étrangères dans le premier degré,
- regroupement d’établissements,
- poursuite de la diminution de la scolarisation des enfants de 2 à 3 ans,


Ici plus qu'ailleurs, en raison de nos retards structurels et scolaires ... ces nouvelles saignées d'emploi vont avoir des conséquences désastreuses alors que l’éducation, dans une ile sinistrée par le chômage et la précarité aurait du être une priorité, pour ne pas dire la priorité. La mobilisation de tous s’impose !!!!!!

Afin de protester contre cette nouvelle saignée et de manifester notre ferme opposition à la négation du dialogue social par le recteur d'academie , la CGTR EDUC'ACTION appelle au boycott du comité technique ainsi qu'a la gréve la mardi 31 janvier 2012

Par ailleurs, nous demandons aux forces politiques qui se réclament du progrès social et qui concourent à l’élection présidentielle de prendre l'engagement public ,en cas de victoire , de geler les suppressions de
postes annoncées par SARKOZY et de mettre en œuvre un plan de rattrapage pour notre académie

A St Denis, le 26 JANVIER 2012
_______________________________________________________________________________________

CI DESSOUS TRACT NATIONAL DE LA CGT EDUC'ACTION

Contre la liquidation de l’Éducation nationale : Toutes et tous en grève Mardi 31 janvier 2012

Nicolas Sarkozy, président-candidat en pleine accélération de contre-réformes destructrices, a montré lors du « sommet pour l'emploi » du 18 janvier 2012 tout l'intérêt qu'il portait au « dialogue social » en annonçant une accélération de la précarisation de l'emploi. Luc Chatel, son ministre de la liquidation de l'Éducation nationale, imite bien son modèle :

14 000 suppressions d'emplois annoncées à la rentrée 2012, qui s'ajoutent aux 66 000 depuis 2007
Casse programmée de la voie professionnelle publique et développement de l'Apprentissage
Casse des derniers réseaux d'aides aux élèves dans le 1er degré
Casse des statuts: mise en place de mutations parallèles et sans barème ECLAIR, prime au mérite (toujours dans les établissements ECLAIR), évaluation et carrière dans les mains des seuls supérieurs hiérarchiques en 2013...

A l'heure où dans les académies, les conséquences du budget de l'Éducation nationale voté pour la rentrée prochaine se traduisent par la suppression de centaines de postes, il est urgent de réagir. La CGT-Educ'action a proposé depuis le mois d'octobre 2011 une mobilisation contre le budget : elle s'engage donc pleinement dans les mobilisations contre ses conséquences.

La casse du service public d'éducation se mesure chaque jour davantage avec la politique menée sur le terrain. Les réformes s'empilent et produisent toujours plus de mal-être à la fois chez les élèves et les personnels.

C'est ainsi que pour la voie professionnelle publique, cette rentrée 2012 se prépare avec des milliers de suppressions d'emplois : La réforme du Bac pro 3 ans, que nous avons combattue, arrive dans la dernière ligne droite pour son application. Du coup le surplus d'élèves des classes Bac pro ancienne et nouvelle formule disparaît complètement et va permettre de liquider de nombreux postes. Nous avions annoncé cette casse programmée

De plus, la fermeture de nombreuses filières professionnelles au prétexte de leur manque d'attractivité va priver de nombreux élèves d'un véritable choix pour leur avenir professionnel et dégrader encore davantage leur motivation. De ce fait, les abandons en cours de cycle déjà nombreux, risquent de se multiplier. Les établissements accueillent ainsi de moins en moins d'élèves et le ministre en profite pour fermer des LP ! Le regroupement de filière et l'introduction de la mixité des publics dans des classes toujours plus surchargées dégradent dangereusement les conditions d'étude de nos élèves et les conditions de travail des personnels.

Dans le premier degré, ce sont l'enseignement spécialisé avec la disparition des Rased et l'enseignement des langues avec la suppression des postes d'intervenants en langues qui sont attaqués !

Le collège unique est remis en cause alors qu'il n'a jamais eu les moyens d'exister réellement !

Le dispositif ECLAIR, véritable cheval de Troie pour liquider le statut des personnels et consacrer davantage l'autonomie des établissements et des chefs d'établissement par le profilage des postes se répand sournoisement.

La volonté de mettre en pièce l'Éducation Nationale pour lui substituer un système éducatif copié sur le modèle libéral anglo-saxon ne fait plus aucun doute et crise ou pas, élections ou pas, les mesures seraient les mêmes : Les motifs invoqués ne sont que des prétextes destinés à masquer cette politique.

La CGT-Éduc'Action exige :

- Une augmentation salariale immédiate pour tous les salariés de l'Éducation nationale d'au moins 300 euros et pas de salaire en dessous de 1 700 € brut ;
- L'arrêt des suppressions d'emplois, leur restitution et la création de postes à la hauteur des besoins sociaux ;
- L'arrêt du recours à la précarité et la titularisation sans concours ni condition de nationalité de tous les précaires qui le souhaitent ;
- L'abrogation des réformes type RGPP, LOLF, loi dite de mobilité ;
- L'abandon des contre réformes qui détruisent l'école publique (socle commun, livret de compétence, ECLAIR, lycée, bac pro 3 ans, l'aide personnalisée et la destruction des RASED dans le 1er degré, réforme de la formation des enseignants et CPE ...) ;
- L'ouverture d'un débat sur une réforme du système éducatif fondée sur l'émancipation et les droits démocratiques ;
- La réduction du temps de travail ;
- Un déroulement de carrière identique pour tous, au rythme le plus rapide, non soumis aux critères de mérite et donc le retrait du projet d'évaluation des enseignants.

C'est pourquoi, nous appelons l'ensemble des personnels

à la grève et aux manifestations le 31 janvier 2012.

Nous appelons à l'organisation d'AG

dans les services, villes, écoles et établissements

afin de construire une lutte pour gagner sur nos revendications.

Jeudi 26 Janvier 2012
Patrick CORRE
Lu 441 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Editos | Carrières | Contractuels | Précarité | Retraites | Mobilisation | Rectorat | UNIVERSITE | DJSCS | CRDP | Textes juridiques


ADHESION A LA CGTR EDUC'ACTION
CLIQUEZ SUR LE LOGO !!!
Trésorière : Fabiola Thermidor - 0693.94.01.99

Newsletter


L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Forum


Le site de l'Union Nationale des Syndicats de l'Education Nationale

Le site de l'Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires


Le Quotidien de la Réunion et de l'Océan Indien