SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK

BUREAU ACADEMIQUE -RESPONSABLES CGTR EDUC'ACTION-CLIQUEZ ICI !!

LES GUIDES JURIDIQUES
DE LA CGT EDUC'ACTION

ESPACE du 1er DEGRE
de la Cgt Educ'Action

Le GUIDE ATSS
DE LA CGTR EDUC'ACTION

RESPONSABLE CGTR EDUC DES AESH
- ADELINE MARCHAIS AU 0.692.36.91.08






           
Filière Personnels Education

Ça chauffe entre Nassimah Dindar et les TOS du collège Leconte de Lisle !

Article ci dessous parue sur le site ZINFOS 974





Dans un courrier daté du 26 août, le département a sèchement répondu aux grévistes du collège Leconte de Lisle de Saint-Louis. Selon la présidente du Conseil Général, la situation de ce collège serait "tout à fait satisfaisante". En outre, Nassimah Dindar met clairement la pression sur les grévistes et évoque "de possibles sanctions disciplinaires". Le courrier a largement fait réagir la CGTR Educ’Action.


Ce matin, le personnel TOS (techniciens, ouvriers de services) du collège Leconte de Lisle de Saint-Louis s'est mis en grève. Ils réclament d’être reçus par Nassimah Dindar (Lire ici). La réponse n’a pas tardé du côté du Département puisque Nassimah Dindar est longuement intervenue à ce sujet sur les ondes radiophoniques. Par Ailleurs, Patrick Corré, le secrétaire Général de la CGTR Educ’Action a reçu aujourd’hui une réponse officielle du Conseil Général. Le courrier est daté du 26 août et signé par délégation. C’est Bachil Valy, le vice-président, qui s’y est collé. Il fait référence à un courrier de la CGTR Educ’Action en date du 7 juin 2011 concernant une demande supplémentaire au collège Leconte de Lisle.

Une invitation transmise la veille par e-mail


Comme par hasard, cette réponse intervient le jour ou commence la grève. D’emblée, le courrier fait référence à une invitation à rencontrer le mercredi 24 août 2011, le vice-président chargé des ressources humaines. Cette invitation intervient alors que le prévis de grève avait déjà été déposé par les syndicalistes. Le Département reproche à Patrick Corré de ne pas avoir honoré cette invitation. L’intéressé a immédiatement régi en envoyant à son tour une réponse au Département : "Permettez nous de souligner que votre invitation nous a été transmise par mail la veille, le 23 aout à 15h30 et ce pour une réunion prévue pour le lendemain 9h00. Convenez que c’est un peu… court comme délai. Nous avons tout de même pris soin de contacter vos services pour leur signifier notre indisponibilité. Nous observons que notre demande d’audience a été faite début juin et que votre invitation est intervenue prés de 3 mois (le 24 aout 2011) après notre sollicitation officielle et de multiples mails de rappel de notre part face au silence de votre collectivité. (...) Aussi, nous reprocher de ne pas avoir obtempéré à votre invitation expresse, faite dans la précipitation la plus totale, alors même que vous avez pris 3 mois pour enfin nous répondre nous semble pour le moins exagéré, pour ne pas dire pas très sérieux ".

Concernant la dotation en personnel, le département estime que "la situation du collège est tout à fait satisfaisante au regard du référentiel de gestion qui est de 8.3 Équivalent Temps Plein (E.T.P). D’après le département, l’effectif actuel est de 8.74 ETP " et ce chiffre devrait être amélioré prochainement suite à l’arrivée d’un emploi aidé.

Des pressions du département sur les grévistes

Évoquant notamment la jurisprudence en matière de grève, la réponse du Département a également pris une tournure plus menaçante et juridique. Extraits : "Je vous rappelle également que les grèves perlées , c'est-à-dire la mauvaise exécution du travail, consistant notamment à s’abstenir de remplir une partie de ses missions, est considéré comme une faute par le juge administratif (…) je tiens à vous confirmer que le principe en vigueur dans la fonction publique territoriale est celui de la stricte proportionnalité entre la durée de la grève et la retenue sur salaire (…) si des agents devaient ne pas accomplir telle ou telle tâche relevant de leurs fonctions, ils s’exposeraient comme vous le savez, à des sanctions disciplinaires pour refus d’obéissance hiérarchique et manquement à l’obligation de servir", souligne Nassimah Dindar. En d’autres termes, la présidente du conseil Général menace clairement les grévistes, une façon comme une autre de remettre en cause le droit de grève.

La CGTR Educ’Action réagit

Évidemment, Patrick Corré a longuement réagi à cette prise de position : "Sur un ton martial, vous concluez sur de possibles sanctions disciplinaires et manquement à l’obligation de servir (…) C’est en toute parfaite connaissance de cause et des textes en vigueur que les agents ont fait grève aujourd’hui, (…) Enfin sachez que nos collègues, en tant que grévistes responsables, ont parfaitement conscience et savent qu’ils vont perdre la partie de leur salaire au titre de la stricte proportionnalité des jours et heures grevés".

En conclusion de son courrier, Nassimah Dindar dit compter sur les grévistes pour qu’ils contribuent "à respecter ces règles indispensables à la continuité du service public". On peut penser, vu mode de communication choisi, que la grève devrait être reconduite dans les prochains jours



________________________________________________________________________________________________________________________

Veullez trouver ci dessous:en téléchargement

- la lettre la presidente du Conseil Général à la CGTR EDUC 'ACTION , lettre de pression contre les grévistes !!!
- La réponse de la CGTR EDUC 'ACTION à la présidente du département


Lundi 29 Août 2011
Patrick CORRE
Lu 458 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Filière Enseignante | Filière Administrative | Filière Personnels Education | Filière ATRF | Filière Sociale et Santé | Nos élus aux CAPA | Dossiers communs


ADHESION A LA CGTR EDUC'ACTION
CLIQUEZ SUR LE LOGO !!!
Trésorière : Fabiola Thermidor - 0693.94.01.99

Newsletter


L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Forum


Le site de l'Union Nationale des Syndicats de l'Education Nationale

Le site de l'Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires


Le Quotidien de la Réunion et de l'Océan Indien