SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK

SITE SPECIFIQUE SPÉCIAL COVID DE LA CGT FONCTION PUBLIQUE

BUREAU ACADEMIQUE -RESPONSABLES CGTR EDUC'ACTION-CLIQUEZ ICI !!

LES GUIDES JURIDIQUES
DE LA CGT EDUC'ACTION

ESPACE du 1er DEGRE
de la Cgt Educ'Action

Le GUIDE ATSS
DE LA CGTR EDUC'ACTION

RESPONSABLE CGTR EDUC DES AESH
- ADELINE MARCHAIS AU 0.692.36.91.08






           
Mobilisation

Compte rendu du rassemblement national du 18 mai 2004

Notre syndicat était présent à ce rassemblement national en la personne de notre camarade Corbière michel. voici son récit...






Dans le cadre du rassemblement des délégués syndicaux devant l’Assemblée Nationale le 18 mai, la CGTR était présente en la personne de son délégué Michel CORBIERE.
Voici son compte-rendu.

Mardi 18 mai 2004, à 9H30 les camarades du bureau national Michel CAUSSEMILLE, Bernard & Dominique COURTIN et moi-même avons fait le point sur le déroulement de la journée. La délégation intersyndicale avait antérieurement demandé audience au Ministre de l’Education Nationale, au Premier Ministre et au Président de l’Assemblée Nationale.

Cependant JP RAFFARIN lui a fait savoir qu’il ne la recevrait pas car selon lui, il avait déjà discuté avec les syndicats à ce propos, et qu’il estimait ne rien avoir d’autre à rajouter.

Nous sommes arrivés à l’Assemblée Nationale à 11H15 et les cordons de CRS déjà présents nous ont orientés sur la place Edouard HERRIOT attenant à l’Assemblée. A mon arrivée j’ai eu l’agréable surprise de ne voir que du rouge sur la place, les autres fédérations n’étant pas encore arrivées à par un ou deux pèlerins isolés. J’ai eu le plaisir de faire la connaissance des camarades de toute la France parmi lesquels, pas mal de réunionnais.
Peu à peu les autres syndicats sont arrivés : FSU, CFDT & UNSA.

A 12H45, la délégation s’est rendue au ministère de l’Education Nationale. Revenue une heure plus tard, elle nous a fait part de son entrevue : F.FILLON n’ayant pas daigné venir, c’est son directeur de cabinet qui l’a reçue en lui disant qu’il ne fallait surtout pas s’alarmer, que la loi n’était pas encore votée, et que si cela se faisait, il y aurait des mesures d’accompagnement.
La délégation s’est ensuite rendue à l’Assemblée Nationale où elle a été reçue par le directeur de cabinet de JL DEBRE. Ce dernier lui a rappelé la position de son président précisant même qu’il s’était déjà prononcé plusieurs fois. Là aussi on lui a rappelé que la loi n’était pas encore votée et que si(deuxième SI)jamais elle l’était, ce ne serait pas en 2005 comme on l’avait annoncé car la mise en place et la prise en charge par les collectivités étaient plus complexes que prévues.

L’intersyndicale a donc demandé au directeur de cabinet au regard de la position de son président et des difficultés rencontrées, pourquoi ne pas renoncer au transfert. Le directeur de cabinet a répondu à la délégation que le président de l’Assemblée n’était pas le Premier ministre. Il a rapporté à celle-ci que lors d’une session parlementaire, le 1er Ministre avait demandé une suspension d’audience pour rappeler à l’ordre «ses » députés, leur demandant de voter positivement ses projets de lois.

Constat : Premier si au ministère de l’Education Nationale, deuxième si à l’Assemblée Nationale de la part du 3ème personnage de l’Etat. On s’aperçoit qu’il n’y a qu’une seule personne qui persiste et veut passer en force ce transfert : c’est JP RAFFARIN. Aussi il faut impérativement mobiliser « les troupes » des TOS en leur disant que tout est encore possible.

Malheureusement, on constate que tant qu’on ne bouge pas, qu’on ne gueule pas, qu’on ne manifeste pas, parfois même avec violence, on n’est pas entendu. Il suffit de voir les intermittents du spectacle qui en restant mobilisés ont vu leur texte de loi corrigé.

Plus prés de nous, à la Réunion, les transporteurs routiers obtiennent gain de cause seulement au bout de trois jours de mobilisation, les camarades du BTP eux aussi obtiennent satisfaction au bout de 15 jours.

Donc courage et mobilisons-nous en masse chaque fois qu’il nous est demandé afin de montrer à ce Gouvernement kamikaze que nous sommes toujours déterminés à ne pas nous laisser faire.

A l’exemple de la Réunion l’année dernière, cette année sur le plan nationale des menaces de boycott des examens ont été envisagées. Des actions de plus grandes envergures sont prévues pour la rentrée scolaire.



Saint Denis le 19 mai 04
Pour le SGPEN-CGTR
Michel CORBIERE

Mercredi 19 Mai 2004
Patrick CORRE
Lu 579 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Editos | Carrières | Contractuels | Précarité | Retraites | Mobilisation | Rectorat | UNIVERSITE | DJSCS | CRDP | Textes juridiques


ADHESION A LA CGTR EDUC'ACTION
CLIQUEZ SUR LE LOGO !!!
Trésorière : Fabiola Thermidor - 0693.94.01.99

Newsletter


L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Forum


Le site de l'Union Nationale des Syndicats de l'Education Nationale

Le site de l'Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires


Le Quotidien de la Réunion et de l'Océan Indien