SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK

BUREAU ACADEMIQUE -RESPONSABLES CGTR EDUC'ACTION-CLIQUEZ ICI !!

LES GUIDES JURIDIQUES
DE LA CGT EDUC'ACTION

ESPACE du 1er DEGRE
de la Cgt Educ'Action

Le GUIDE ATSS
DE LA CGTR EDUC'ACTION

RESPONSABLE CGTR EDUC DES AESH
- ADELINE MARCHAIS AU 0.692.36.91.08






           
Précarité

« Contrats des 55 collègues en CUI dérogatoire » sur fond de Polémique Etat/Département , le SGPEN CGTR obtient satisfaction

Nouvelle Polémique Etat/Département « contrats des 55 collègues en CUI dérogatoire »
Réaction du SGPEN CGTR suite au mél adressé à notre syndicat par la Préfecture



« Contrats des 55 collègues en CUI dérogatoire » sur fond de Polémique Etat/Département , le SGPEN CGTR obtient satisfaction
Nouvelle Polémique Etat/Département « contrats des 55 collègues en CUI dérogatoire »
Réaction du SGPEN CGTR suite au mél adressé à notre syndicat par la Préfecture


Le SGPEN CGTR constate avec regret que la guerre de la patate chaude continue et qu'une nouvelle fois les personnels précaires font l'objet d’une véritable partie de ping Pong entre le Conseil Général et L'état.

L'intervention du SGPEN CGTR aura au moins le mérite de mettre un coup de pied dans la fourmilière et de faire réagir département comme Etat sur cette question sensible des contrats précaires.

Sans notre intervention, il est fort probable que ces 55 pères et mères de famille auraient été jetés au chômage. Le SGPEN CGTR attend toutefois la concrétisation des annonces faites.

Le SGPEN CGTR n'est pas dupe de l'objectif du courrier de la Préfecture et de ses desseins.

Le SGPEN CGTR rappelle que les contrats C.U.I sont dans leur écrasante majorité ( pour ne pas dire tous) signés par les chefs d'établissement des collèges et lycées et que dès lors l'Etat à dans ce dossier une responsabilité toute particulière puisque c’est lui qui est employeur .A cela il faut ajouter que c'est bien l'Etat qui assure la gestion des contrats aidés par le biais de son établissement mutualisateur (LPH la Renaissance ) .Enfin, l’Etat est responsable des transferts dont une des ambitions est de refiler la patate chaude aux collectivités et ce, après avoir recruté à tour de bras des personnels précaires transformant l’éducation nationale en grosse agence d’intérim.

En conséquence, quelque soit le niveau de responsabilité du conseil General dans la présente affaire, pour le SGPEN CGTR , le premier des responsables est bel et bien l’Etat et les services de la préfecture.

Le SGPEN CGTR demande une énième fois au préfet d'organiser une table ronde Etat/collectivités /syndicats afin de baliser la gestion des contrats aidés qui est devenue dans l'éducation nationale, une véritable pétaudière.

Enfin, puisque l’état semble devenir soudainement soucieux des personnels en situation de précarité, il pourrait, par cohérence, réintégrer les 343 collègues de la filière administrative et vie scolaire virés par ses soins, l’an passé , dans les collèges et les lycées tout comme il pourrait mettre en place un plan d’intégration de ses personnels contractuels qui pour certains cumulent de très nombreuses années.

Autant nous notons un effort des collectivités à intégrer leurs précaires, autant nous observons que pour l’état, c’est zéro intégration autrement dit « faites ce que je dis, pas ce que je fais » .

Une dernière suggestion au Préfet : Monsieur le Préfet, vous qui êtes si attentif au sort des personnels précaires, quand allez vous prendre les mesures d’indemnisation des précaires qui ont eu des retards de salaires en janvier et qui ont subi un lourd préjudice financier avec paiement d’agios significatifs pour certains ? Les personnels attendent toujours !


A St Denis, le samedi 18 avril 2009
Le secrétaire général du SGPEN CGTR
Patrick Corré

Voir mel de la préfécture ci dessous

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Secrétaire général de la préfecture
THEUIL Michel PREF974 <michel.theuil@reunion.pref.gouv.fr>


A l'attention de M. Patrick CORRE

Monsieur,

Nous avons pris connaissance ce vendredi du communiqué que vous avez adressé ce jour aux rédactions concernant les 55 personnes dotées d'un CUI-TOS

Ce communiqué recèle plusieurs inexactitudes que nous mettons sur le compte d'une mauvaise information qui vous serait parvenue.

Le "sort" de ces 55 CUI-TOS n'était pas dans les mains du Préfet, mais dans celles de la présidente du Conseil Général, qui avait cru devoir en décembre 2008 interrompre le versement des salaires par le Département et priver ainsi autant de "mères et de pères de familles" de revenus avant les fêtes de fin d'année.
Dès lors, le Préfet était aussitôt intervenu auprès du Conseil Général, lui rappelant les engagements de sa Présidente auprès de M. Martin Hirsch lorsqu'il s'était déplacé à la Réunion au début de l'année 2008.
Les communiqués de presse repris par tous les journaux à l'époque le démontrent et nous détenons, si vous le souhaitez, copie de ces articles parus fin décembre sur cette affaire

Grâce à l'intervention du Préfet, la décision qu'avait prise contre toute attente et toute promesse de sa Présidente la commission permanente du Conseil Général, a été revue et les CUI-TOS ont pu être payés.

Vigilants quant à la poursuite de cet engagement, le Préfet n'a eu de cesse de demander au Conseil Général que cet engagement soit prolongé.

En l'absence de réponse, le secrétaire général de la préfecture a alerté le directeur général des services du CG le 14 avril en lui signalant que les contrats de ces CUI-TOS arrivaient à échéance fin avril et que le Préfet n'avait eu jusqu'ici aucune assurance du CG qu'ils allaient être prolongés

Visiblement le DGS découvrait ce problème et suite à cette nouvelle interpellation, il a fait savoir par mel ce vendredi 17 avril que ces contrats étaient prolongés à condition que le Préfet accepte cette dérogation, ce qui, vous en conviendrez, est particulièrement savoureux puisque jusqu'ici le CG ne s'était aucunement manifesté auprès de la Préfecture malgré les interpellations de l 'Etat. Il était en effet évident compte tenu de ces interpellations que cette dérogation allait de soi

Dès lors, le Préfet se félicite de ce que ces 55 CUI-TOS sont prolongés, à sa demande, car s'il n'était pas intervenu, il y a fort à parier qu'ils ne l'auraient jamais été en raison de la décision de la commission permanente du CG de décembre 2008 (je vous suggère de vous la procurer....) en dépit des engagements de sa présidente auprès de M. Martin Hirsch

Aussi, avons-nous cru utile d'adresser un communiqué ce jour aux rédactions en réponse au vôtre afin de rétablir la vérité, laquelle aurait pu être connue de vous si vous aviez pris le soin de nous appeler

En tout état de cause, le Préfet est satisfait de ce que son intervention ait pu régler le problème en décembre à la veille des fêtes et à ce jour, grâce à ses multiples interventions sans lesquelles le Conseil Général aurait privé des "mères et pères de familles" de ressources auxquelles ils pouvaient légitimement prétendre

Très cordialement

Samedi 18 Avril 2009
Patrick CORRE
Lu 1031 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Editos | Carrières | Contractuels | Précarité | Retraites | Mobilisation | Rectorat | UNIVERSITE | DJSCS | CRDP | Textes juridiques


ADHESION A LA CGTR EDUC'ACTION
CLIQUEZ SUR LE LOGO !!!
Trésorière : Fabiola Thermidor - 0693.94.01.99

Newsletter


L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Forum


Le site de l'Union Nationale des Syndicats de l'Education Nationale

Le site de l'Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires


Le Quotidien de la Réunion et de l'Océan Indien