SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK

SITE SPECIFIQUE SPÉCIAL COVID DE LA CGT FONCTION PUBLIQUE

BUREAU ACADEMIQUE -RESPONSABLES CGTR EDUC'ACTION-CLIQUEZ ICI !!

LES GUIDES JURIDIQUES
DE LA CGT EDUC'ACTION

ESPACE du 1er DEGRE
de la Cgt Educ'Action

Le GUIDE ATSS
DE LA CGTR EDUC'ACTION

RESPONSABLE CGTR EDUC DES AESH
- Marylene Romeo 0692.03.74.23






           
Filière Administrative

Des "saignées" sont-elles à prévoir dans les personnels administratifs de l'Educ. Nat. ?



Des "saignées" sont-elles à prévoir dans les personnels administratifs de l'Educ. Nat. ?

Le Monde.fr "Les ministères non prioritaires devront réduire – en moyenne – de 2,5 % par an leurs effectifs. Soucieux de montrer que l'effort demandé sera "juste" et "partagé" et que, comme l'a plaidé, vendredi sur iTélé, Michel Sapin, "il ne s'agit pas d'une une saignée", Matignon précise dans une formule toute technocratique que cette baisse de 2,5 % des effectifs portera "sur l'ensemble des ministères, y compris sur les ministères qui interviennent dans un domaine prioritaire pour leurs emplois situés en dehors de ce champ [prioritaire]". Autrement dit, le ministère de l'intérieur – ministère prioritaire dans ses missions de police – devra tout de même couper dans ses effectifs... dans les préfectures par exemple." et le Ministère de l'education nationale sans ses emplois d'administratifs


Bien sur : « en attendant le tour de vis sur les avancements.et les salaires "

Voir ci dessous article paru sur le site des échos


ARTICLE PARU SUR LE SITE LES ECHOS



Dans les lettres de cadrage envoyées jeudi, Jean-Marc Ayrault demande à ses ministres une « stabilisation en valeur des dépenses de personnel » et une « réduction de moitié des crédits réservés aux mesures catégorielles » à l'horizon 2015.


La gauche était soupçonnée de ne pas vouloir en faire assez dans la réduction des dépenses. Elle est maintenant accusée d'en faire trop par certains, depuis l'annonce, jeudi, d'économies très contraignantes sur le budget de l'Etat (- 7 % sur les dépenses de fonctionnement et une partie des dépenses d'intervention l'an prochain). La droite juge l'objectif irréaliste : « Ces économies ne sont possibles que si l'on s'attaque aux prestations sociales », estime le président de la commission des Finances de l'Assemblée Gilles Carrez (UMP). En érigeant comme priorités l'éducation, la sécurité et la justice, le gouvernement fait peser sur les autres ministères des objectifs hors de portée, ajoute-t-il en dénonçant une « forme d'omerta ».


Jean-Marc Ayrault n'a effectivement pas tout dit de ses intentions : les lettres de cadrage qu'il a envoyées aux ministres - et dont « Les Echos » ont pris connaissance -fixent une autre règle très contraignante : elles exigent de « stabiliser en valeur les dépenses de personnel », un objectif qui implique un tour de vis sur la rémunération des fonctionnaires. Le gel du point d'indice, permettant de calculer le salaire des agents, n'est pas explicitement évoqué car le gouvernement a promis de négocier sur ce point lors de la conférence sociale. Mais si Matignon entend réellement stabiliser la masse salariale, sans réduire les effectifs, la poursuite du gel du point d'indice (entamé l'an dernier) est incontournable, comme le rappelait récemment la Cour des comptes. D'autant que, avec les avancées dans les carrières, la masse salariale a tendance à progresser « naturellement ». Sauf à geler aussi ces avancements...


D'ici à 2015, les ministères devront également parvenir à une « réduction de moitié des crédits réservés aux mesures catégorielles », c'est-à-dire les augmentations accordées aux agents en échange de gains de productivité (une autre préconisation de la Cour). Elles représentaient 600 millions l'an dernier et encore 530 millions cette année et devront donc peser pour moins de 300 millions par an à compter de 2015.


Ces mesures étaient jusqu'alors présentées comme la contrepartie du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Elles ont beaucoup profité aux enseignants, aux policiers et aux cadres. Elles seront désormais « destinées prioritairement à l'atténuation des inégalités salariales », indiquent les lettres et devraient se concentrer sur le bas de l'échelle.


La pression sur les salaires va renforcer les critiques des syndicats, déjà échaudés par les suppressions de postes dans les ministères non prioritaires : « On veut déshabiller Pierre pour habiller Paul, mais c'est impossible parce que les deux sont déjà en slip ! », fustige FO. Ce sont des orientations « très négatives », a abondé Pierre Laurent (PC), alors que le Premier ministre récuse l'expression « plan de rigueur ». « Les effectifs ne baisseront pas globalement alors que, jusque-là, c'était la règle du un sur deux, donc une diminution », insiste François Hollande. A défaut d'être populaires, ces mesures arrivent à point nommé alors que la Cour des comptes s'apprête (lire ci-dessous) à renouveler son appel aux économies sur les dépenses publiques.


Lundi 3 Septembre 2012
De palmas
Lu 290 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Filière Enseignante | Filière Administrative | Filière Personnels Education | Filière ATRF | Filière Sociale et Santé | Nos élus aux CAPA | Dossiers communs