SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK

BUREAU ACADEMIQUE -RESPONSABLES CGTR EDUC'ACTION-CLIQUEZ ICI !!

LES GUIDES JURIDIQUES
DE LA CGT EDUC'ACTION

ESPACE du 1er DEGRE
de la Cgt Educ'Action

Le GUIDE ATSS
DE LA CGTR EDUC'ACTION

RESPONSABLE CGTR EDUC DES AESH
- ADELINE MARCHAIS AU 0.692.36.91.08






           
Editos

LA CGTR EDUC 'ACTION RELAIE L'APPEL du Lycee Jean Moulin de BEZIER ( suicide d'une collégue enseignante )



LA CGTR EDUC 'ACTION RELAIE L'APPEL du Lycee Jean Moulin de BEZIER (  suicide d'une collégue enseignante )

Le drame survenu au lycée Jean Moulin de Béziers nous a tous marqué. L’émotion est grande . Les difficultés quotidiennes rencontrées dans la pratique de notre métier, nous rendent très sensibles à l’immense détresse que suggère cet acte. La peine et la révolte des collègues du lycée de Béziers nous semblent aussi très perceptibles...

Il ne faut ni réduire, ni caricaturer, ni récupérer la mort de cette enseignante, il ne faut pas non plus la passer sous silence. Nous ne savons pas aujourd’hui, et nous ne le saurons peut-être jamais, quel a été le déclencheur de cet acte désespéré mais nous ne pouvons laisser notre ministre le réduire à un malaise et une détresse personnels. Le choix du lieu et de la manière sont trop forts pour être occultés. Nos collègues du lycée Jean Moulin, réunis en assemblée générale, disent dans leur communiqué “Nous sommes choqués et révoltés par les informations erronées voire tendancieuses avancées à l'encontre de notre chère collègue, enseignante compétente, consciencieuse et courageuse” et en appellent à notre solidarité. Ils nous demandent de nous associer à leur peine et à leur réflexion sur notre métier en débrayant massivement jeudi matin à 10h dans tous les établissements scolaires de France.

Parce que ne rien faire c’est renvoyer chacun à sa peine et à ses difficultés, parce que nous savons que c’est collectivement que nous devons faire face, la CGTR Educ’action relaie l’appel du lycée Jean Moulin de Béziers, en appellant à ce que le jeudi 20 octobre ne soit pas une journée de cours normal. Elle dépose un préavis de grève pour cette journée, afin que dans chaque établissement les personnels puissent décider collectivement de leurs actions eventuelles (journée de grève, assemblée générale, débat ...)

A minima, la CGTR Educ’action souhaite qu'une minute de silence soit organisée le jeudi 20 octobre 2011 à 10h00 et appelle tous les syndicats à se joindre à cette démarche et à repondre à l'appel du Lycee Jean Moulin de BEZIER

La CGTR Educ’action

--------------------------------------------------------------------------------

Message des enseignants du Lycée Jean Moulin de Béziers, 16 octobre 2011

Notre collègue du lycée Jean-Moulins à Béziers qui s’est immolée est décédée. Nous sommes tous bouleversés voire traumatisés. Nous sommes en AG depuis 2 jours et avons refusé d’accueillir les élèves en classe, et décidé une grève illimitée jusqu’à ce que les responsabilités soient établies.

Voici notre programme :

Lundi 17, matin 8h AG, après-midi marche blanche silencieuse avec un bandeau noir à Béziers
Mardi matin AG, 14H départ pour une manifestation académique au rectorat de Montpellier
Mercredi 19 : obsèques ?
Jeudi 10h débrayage, commémoration de ce drame dans tous les établissements de France.
Nous souhaitons une mobilisation générale pour que la souffrance au travail cesse et que de tels drames ne se renouvellent plus.


PS : Lise à dit en s’enflammant : « je le fais pour Vous »

Luc Chatel a menti, elle n’était pas suivie médicalement, ni fragile, mais consciencieuse, compétente, aimant son travail et courageuse.

Nous comptons sur Vous tous.

Merci de diffuser ce mail à toutes vos connaissances afin d’alerter l’opinion, pour que l’éducation nationale ne devienne pas France-telecom…
Merci

F P, Lycée Jean-Moulin- Béziers

C’est toujours tellement facile lorsqu’une personne prend une décision extrême de la dire malade, fragile…..

C’est oublier que cette enseignante a attendu la récréation, qu’elle s’est aspergée d’essence « DEBOUT », qu’elle a dit aux élèves « Je le fais pour vous » et qu’elle a allumé son allumette… C’est un acte inoui, d’un courage ou d’un désespoir insensé.. Elle ne pouvait pas ne pas savoir les souffrances qu’elle allait endurer…Personne ne parle du « non-soutien » de la direction ou du proviseur de cet établissement. Certains reprennent sans fin la même lithanie du Minsitre…Un fait demeure : Elle s’est tuée sur son lieu de travail, avec une méthode pour le moins inhabituelle et traumatisante. Le ministre pourra dire ce qu’il veut, les enseignants de son établissement ne semblent pas du tout penser comme lui.


.............................................................................................................................................................................................................................................................................................


Suicide de Béziers :
Assez de déni, de délit, de mépris !


C’est en plein temps fort de lutte contre la souffrance au travail ( mobilisation du vendredi 14 octobre devant le rectorat ) que la CGTR EDUC’ACTION a appris, avec stupeur, la mort par suicide d’une enseignante, au lycée Jean Moulin de Béziers.

Le lieu, l'heure et la violence du passage à l'acte sont lourds de sens.La souffrance ressentie par les personnels ne doit plus être ignorée.
Se donner la mort, sur son lieu de travail, n’est jamais anodin et les réponses institutionnelles qui commencent à fuser sont indignes, inacceptables.

Combien faudra-t-il de morts au travail, visibles, médiatisées (quand nombreuses sont passées sous silence) au sein de l’Education nationale, pour que le plus mauvais employeur, l’Etat, reconnaisse enfin ses responsabilités en la matière ?

Le Procureur de la République de Béziers, parle de suicide en lien avec son activité professionnelle.



Ce qui est en cause n’est pas, ne sera jamais un conflit avec des élèves. Ce qui est gravement en cause, c’est la façon dont les enseignants et l’ensemble des personnels de l’éducation nationale (administratifs , personnels de santé et sociaux …) doivent exercer leur travail au quotidien : intensification, explosion du travail gratuit, valse des réformes, inadéquation des moyens pour remplir les missions, dialogue social aux oubliettes, sous effectif chronique, précarité généralisée, classes surchargées, mépris, non reconnaissance du travail, hiérarchie de plus en plus absente des réalités de terrain, engluée dans la prescription du chiffre, de la rentabilité...



Les établissements sont devenus des lieux de délit : violences, harcèlement, absence de sécurité, de médecine de prévention, mise en danger régulière de la vie d’autrui… et face à un tel constat l’administration reste sourde et inerte . C’est faire fi de l’obligation de sécurité, de moyens et de résultat pour protéger la santé physique et mentale des personnels !

Ce dont les personnels ont besoin de toute urgence, ce n’est certainement pas de la compassion de circonstance du ministre, du déni de réalité de l’institution comme c’est notamment le cas dans notre académie PEI mais d’autres conditions de travail, des moyens de répondre aux enjeux de formation, aux besoins des usagers.

Selon le syndicat CGT, section Educ'Action 34, "le Recteur de Montpellier avait été alerté le 4 octobre dernier sur de nombreux cas de souffrance au travail recensés et liés à la très forte dégradation des conditions de travail des enseignants» et "le Recteur Christian Philip a eu sur le sujet une attitude pour le moins désinvolte et une réponse presque méprisante"...

Ce déni institutionnel de l’existence même du mal être au travail, de la réalité de la souffrance au travail , nous le retrouvons ici , à la Réunion , au travers des réponses légères de notre recteur

Au sein de notre académie, plusieurs personnels ont déjà attentés à leur vie sans pour autant que l’autorité académique ne se donne les moyens de préventions nécessaires… allant même jusqu'à banaliser les T.S ( tentatives de suicide) en les réduisants à de simples expressions d’un mal être sociétal sans lien avec l’environnement professionnel et l’organisation du travail (sic..). Nous ne voulons pas que le drame qui s’est produit à BEZIER se réalise ici et pas plus ailleurs

Notre exigence de la conduite d’un audit indépendant sur la souffrance au travail et les risques psycho sociaux s’avère plus que légitime. Elle devient indispensable

La CGTR EDUC’ACTION propose aux autres organisations syndicales de porter localement une telle exigence d’audit auprès du recteur ainsi que celle de l’organisation d’une demi-journée dans tous les EPLE pour impulser le débat sur la souffrance au travail, la réalité des métiers et les solutions à apporter.

Sans attendre, la CGTR EDUC’ACTION appelle, partout les personnels à se réunir, à discuter de leur travail réel, de critères du bon travail pour mieux en défendre les conditions d’exercice, porter des exigences sociales. La CGTR EDUC’ACTION s’associera en outre à toutes les initiatives nationales faisant suite à la mort dramatique de notre collègue enseignante



le 14 octobre 2011



Le secrétaire général de la CGTR EDUC ‘ACTION

Patrick Corre

Dimanche 16 Octobre 2011
Patrick CORRE
Lu 439 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Editos | Carrières | Contractuels | Précarité | Retraites | Mobilisation | Rectorat | UNIVERSITE | DJSCS | CRDP | Textes juridiques


ADHESION A LA CGTR EDUC'ACTION
CLIQUEZ SUR LE LOGO !!!
Trésorière : Fabiola Thermidor - 0693.94.01.99

Newsletter


L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Forum


Le site de l'Union Nationale des Syndicats de l'Education Nationale

Le site de l'Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires


Le Quotidien de la Réunion et de l'Océan Indien