SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK

BUREAU ACADEMIQUE -RESPONSABLES CGTR EDUC'ACTION-CLIQUEZ ICI !!

LES GUIDES JURIDIQUES
DE LA CGT EDUC'ACTION

ESPACE du 1er DEGRE
de la Cgt Educ'Action

Le GUIDE ATSS
DE LA CGTR EDUC'ACTION

RESPONSABLE CGTR EDUC DES AESH
- ADELINE MARCHAIS AU 0.692.36.91.08






           
Editos

Le changement ,ce n’est pas maintenant !



Le changement ,ce n’est pas maintenant !


La rentrée 2012 ne marque pas de rupture manifeste avec la politique du précédent gouvernement, si ce n'est sur la forme. La situation sociale et économique reste inquiétante et aucune mesure significative n'a encore été prise en direction des salariés. Chômage, licenciements, pouvoir d'achat en berne, salaires bloqués, conditions de travail dégradées restent malheureusement dans le paysage. Pire encore, la politique du nouveau Ministre de l'intérieur, avec le démantèlement des camps de Roms cet été, ne diffère pas de celle de son prédécesseur.

Dans l’Éducation, des avancées sont à noter, abrogation du décret sur l'éva¬luation, arrêt du processus de privatisation des GRETA, augmentation du nombre de postes ouverts aux concours, mais trop de dossiers restent en suspens.

La lettre du Ministre à tous les personnels, tout comme ce qui commence à se dégager des ateliers pour la refondation de l’École, ne remettent pas en cause fonda¬mentalement la politique menée par le gouvernement précédent en matière d'éducation : maintien du concept du socle commun, du Livret Personnel de Compétences, dispositif ECLAIR repensé mais pas supprimé, poursuite de la réforme du lycée, maintien du Service Minimum d’Accueil. Autant de sujets pour lesquels les personnels se sont déjà largement mobilisés pour exprimer leur désaccord !

Nous sommes loin des annonces de campagne et surtout des attentes des personnels. La CGTR Educ’action ne peut se contenter de voir que les fondements idéologiques qui ont présidé aux réformes (bac pro 3 ans, lycée, socle commun) ne soient pas remis en cause. L’aménagement de ces réformes à la marge ne peut nous satisfaire : ainsi en ce qui concerne le socle commun crée par Fillon en 2005, il ne doit pas être repensé comme un « socle de gauche », car il porte en lui les principes de l’école des concurrences que nous combattons. Ce n’est pas la voie qui est suivie actuellement puisqu’il constitue, pour le ministère, un horizon servant à organiser conjointement l’école et le collège.

Sans préjuger des conclusions de la concertation engagée pour aboutir à une loi d'orientation sur l'école, les inquiétudes sont grandes et l’exemple donné par le recrutement en contrat aidés d’étudiants se destinant au professorat n’est pas fait pour nous rassurer. La CGT est la seule organisation syndicale à avoir voté contre ce projet au Conseil Supérieur de l’Éducation.

En ce qui concerne la formation des enseignants, l’accueil des professeurs stagiaires dans le second degré avec trois heures de décharge est à peine amélioré ; mais dans le premier degré, aucun changement n'est prévu.

La situation des personnels précaires reste préoccupante puisque le nombre de titu¬larisations ne va concerner qu’une minorité de personnels tandis que l’on crée de nouveaux contrats précaires.


Dans ce contexte, la CGT Educ'action continue à exiger :

 Le rétablissement de tous les moyens perdus depuis 2002
 Des postes d'assistants sociaux et infirmiers et un véritable cadre A pour ces professions
 L'abandon du dispositif ECLAIR, de la notion de socle commun, du Livret Personnel de Compétences (LPC)
 La remise à plat de la réforme du bac pro 3 ans et de celle du lycée général et technologique
 Le recrutement par concours au niveau licence, avec une formation de deux ans payée et débouchant sur un master
 La titularisation sans condition de concours et de nationalité de tous les personnels précaires avec une vraie formation
 Une augmentation immédiate des salaires de 70 points d'indice (soit plus de 300 euros pour toutes et tous)
 L'abandon de l'évaluation professionnelle pour les ATSS
 La suppression de la Prime de Fonctionnement et de Résultat (PFR) pour les administratifs
 Une vraie réduction du temps de travail
 L'abandon du jour de carence
 L'abrogation du SMA (Service minimum d'accueil)
 La retraite à 60 ans à taux plein avec 37,5 annuités maximum
 Des CHSCT au plus près des personnels.

Lundi 3 Septembre 2012
Patrick CORRE
Lu 161 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Editos | Carrières | Contractuels | Précarité | Retraites | Mobilisation | Rectorat | UNIVERSITE | DJSCS | CRDP | Textes juridiques


ADHESION A LA CGTR EDUC'ACTION
CLIQUEZ SUR LE LOGO !!!
Trésorière : Fabiola Thermidor - 0693.94.01.99

Newsletter


L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Forum


Le site de l'Union Nationale des Syndicats de l'Education Nationale

Le site de l'Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires


Le Quotidien de la Réunion et de l'Océan Indien