SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK

BUREAU ACADEMIQUE -RESPONSABLES CGTR EDUC'ACTION-CLIQUEZ ICI !!

LES GUIDES JURIDIQUES
DE LA CGT EDUC'ACTION

ESPACE du 1er DEGRE
de la Cgt Educ'Action

Le GUIDE ATSS
DE LA CGTR EDUC'ACTION

RESPONSABLE CGTR EDUC DES AESH
- ADELINE MARCHAIS AU 0.692.36.91.08






PLP
ESPACE P.L.P

Depuis plusieurs semaines, la mobilisation des personnels de l’enseignement professionnel de dizaines d’établissements ne faiblit pas.

Dans l’Essonne, comme dans les Hauts-de-Seine, des établissements poursuivent leurs actions (grève, manifestations, pétitions, délégations auprès de l’IA...). Lundi, c’était dans l’académie de Lille et celle de Nancy-Metz, hier dans celle de Paris, aujourd’hui dans les Hauts-de-Seine. Pas une seule journée sans qu'il n’y ait l’expression du profond mécontentement par rapport à la situation réservée à la voie professionnelle à la rentrée 2012...


Cette mobilisation est souvent appuyée par les parents d’élèves et les élus locaux qui apportent leur soutien aux actions en cours. Les élèves se sentent aussi directement concernés, comme c’est le cas dans plusieurs établissements de l’Essonne.


Les suppressions de postes sont très importantes ; il y en a fréquemment jusqu’à 6 ou 7 par établissement. Au niveau national, ce sont près de 4 000 suppressions de postes dans la voie professionnelle, qui entraînent de nombreuses mesures de cartes scolaires pour les personnels titulaires, obligés de quitter leur établissement ; pour les non-titulaires, c’est la menace d’un futur licenciement et du chômage.

Cette situation inacceptable est le résultat combiné de deux réformes, celle de la RGPP (Révision générale des politiques publiques) qui prévoit le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, et celle du baccalauréat professionnel en 3 ans. Cette dernière réforme [qui se traduit, pour des dizaines de milliers de bacheliers de la voie professionnelle, par la diminution d’une année de formation] a comme effet immédiat la diminution du nombre d’enseignants. Ce n’était d’ailleurs pas le moindre des arguments dans la décision gouvernementale d’imposer cette réforme.


Mais à ces effets comptables, se rajoutent ceux que la CGT Educ’action avait pointés lors de la mise en place de la réforme. Le Bac Pro en 3 ans n’a pas réussi à augmenter l’attractivité de la voie professionnelle et, contrairement à ce que le ministère avait promis, cela n’a pas réduit les sorties sans diplôme. Les personnels de l’enseignement professionnel assistent exactement à la situation contraire.

La fuite des élèves dans le cursus 3 ans est plus importante que celle que nous constations dans la scolarité BEP/Bac Pro. Cette réforme aggrave les difficultés des élèves les plus fragiles, d’où le décrochage.

La situation est rendue intenable pour de nombreux établissements, ce qui explique la détermination des personnels, malgré les refus répétés des Inspections académiques ou des rectorats d’accéder à leurs revendications.

La lutte des personnels de l’enseignement professionnel va se poursuivre, il n’y a pas de pause syndicale lorsque la survie des établissements est menacée.


Mardi 10 Avril 2012

C’est dans un contexte difficile que s’ouvre, cette année encore, cette CAPN des PLP. La pénurie pour l’éducation nationale se poursuit avec 14 000 suppressions de postes pour cette rentrée (140 000 postes dans la fonction publique, dont 80 000 pour la seule Education Nationale pour le dernier quinquennat). Le corps des PLP est particulièrement touché cette année. 80% des postes supprimés dans le second degré le sont dans l’enseignement professionnel.

En effet, au lieu de maintenir des conditions d’enseignement acceptables, le ministère ne donne pas les moyens pour créer les classes de CAP nécessaires. Les possibilités de passage des élèves de CAP en première Bac Pro sont bloquées. Le système d’orientation aberrant des élèves continue à déprécier l’enseignement professionnel. Et l’augmentation des effectifs par classe en Bac Pro 3 ans ainsi que la fin de la mise en oeuvre de ces mêmes Bac Pro 3 ans permettent de supprimer des postes d’enseignants. Ils nuisent au mouvement inter académique.

Cette casse de l’enseignement professionnel est renforcée par le problème des postes « ECLAIR ».

Nous exprimions déjà l’année dernière nos inquiétudes concernant ce dispositif ECLAIR, qui renforce l’autonomie des établissements (personnels recrutés par les chefs d’établissement, contrats d’objectifs, création d’une hiérarchie intermédiaire avec les préfets d’étude...) avec une gestion qui relève de l’entreprise. Sans avoir procédé à aucun bilan de ce dispositif, Luc Chatel va encore plus loin cette année en instaurant un mouvement spécifique national sur ces postes, ouverts aux autres corps de la fonction publique, organisé sans aucune transparence et sans barème. Ceci entraine de facto une diminution du nombre de postes au mouvement. Ce néo-mouvement, pour lequel on peut postuler après la fin de nos CAPN, va conduire de nombreux collègues qui n’ont pas eu de mutation à postuler sur ces postes, même s’ils n’ont pas de projet pédagogique particulier. Les déçus du mouvement inter pourront se ruer sur les postes ECLAIR, et le ministre pourra alors se targuer du succès du mouvement ECLAIR, après le fiasco de l’an dernier où 35% des postes restaient à pourvoir à la rentrée.

De plus, l’absence d’étude en commission paritaire des projets de mutation dans le cadre du dispositif ECLAIR montre à quel point le paritarisme n’est pas respecté. Nous attendons donc le nouveau calendrier qui intégrera le respect de la législation en vigueur et la défense, par leurs élus, des personnels de l’Education Nationale.

Nous continuons de dénoncer l’annonce du projet de mouvement aux collègues. L’info mobilité, dont le ministère ne communique toujours pas le coût, entretient la confusion et génère des situations ubuesques qui se retournent contre les services de la DGRH.

Nous déplorons l’augmentation scandaleuse du nombre de disciplines et académies sinistrées, dans lesquelles il est devenu quasi impossible de muter compte tenu des capacités d’accueil inexistantes.

Citons notamment « Lettres Allemand » et « Lettres Espagnol », alors qu’une deuxième langue vivante est devenue obligatoire en Bac pro tertiaire 3 ans et que les montées pédagogiques nécessitent des enseignants sur les trois années de formation pour les deux langues dispensées.

Ajoutons également les disciplines professionnelles suivantes : Génie Mécanique Construction, Génie Mécanique Productique, Génie Electronique, Génie Mécanique Maintenance, Génie Electrotechnique, Esthétique, Communication Bureautique et Comptabilité Bureautique pour lesquelles la proposition de
mouvement n’est pas acceptable. Nous tenons d’ailleurs les chiffres à votre disposition.

Nous observons dans certaines académies comme Limoges que seuls des collègues en situation de handicap ont pu obtenir leur mutation. Dans d’autres académies comme Clermont, il est tellement difficile d’entrer que même un dossier RQTH ne suffit pas (à peine 20% des candidats ayant une
bonification au titre du handicap ont pu avoir satisfaction).

En Arts appliqués, cette année, les candidats étaient obligés de participer au mouvement spécifique.

Pourtant, à l’issue de ce mouvement, plusieurs stagiaires se sont retrouvés sans affectation, et à l’issue de l’inter 6 stagiaires ne sont toujours pas affectés.
A la Réunion, sur les 152 collègues qui ont obtenu les 1000 points d’originaire, 23 seulement peuvent muter.

La non-satisfaction des demandes de mutation, tous corps confondus, reste massive : alors que la DGRH annonce 59% de taux de satisfaction, au final pour le mouvement 2012, seulement 25 % des PLP titulaires obtiennent une mutation, soit 4% de moins qu’en 2011 !

Concernant les rapprochements de conjoints, dont le ministère se targue d’en avoir fait sa priorité, moins d’un PLP sur deux obtient sa mutation sur son premier voeu (47,9%), c'est-à-dire l’académie dans laquelle résident le conjoint et les enfants.

Pour les mutations au titre du handicap, nous continuons de dénoncer l’inégalité de traitement entre les personnels selon leur académie d’origine. Dans certaines, l’attribution des points s’est faite de manière discrétionnaire et opaque. Une harmonisation ministérielle des critères d’attribution de la bonification au
titre du handicap s’avère plus que nécessaire. Le ministère a annoncé un taux de satisfaction de 88% lors de l’ouverture, mais pour les PLP nous tombons à 77,7% sur le voeu 1.

Pour ce qui est des affectations à titre provisoire, seulement 25 collègues sur 72 peuvent retrouver l’académie dans laquelle ils étaient affectés. Le ministère continue sa politique budgétaire sans se soucier de la stabilité des équipes pédagogiques nécessaire à la réussite des élèves.

Nous sommes particulièrement inquiets pour les jeunes collègues qui débutent, après avoir eu des conditions difficiles d’entrée dans le métier (poste à temps plein, sans formation : travailler beaucoup plus pour gagner moins). Ils vont, de surcroit, muter souvent dans une académie non choisie. Sur
environ 1 100 stagiaires, 500 sont affectés sur les académies de Créteil et Versailles ! et pour ceux d’entre eux qui seront TZR, il est fort probable qu’ils soient affectés sur les établissements ECLAIR !

Après ces épreuves conjuguées, combien vont quitter le métier ?

Concernant les PLP postulant en BTS, le ministère refuse toujours de nous convier aux GT d’affectation et par là même nous empêche de représenter les personnels qui nous ont élus.

Nous restons attachés aux valeurs du paritarisme. Nous siégeons ici pour veiller à l’égalité de traitement de tous les personnels et, plus globalement, défendre un service public d’éducation digne de ce nom aux services des élèves.

Mardi 20 Mars 2012
ELECTEURS 1633
VOTANTS 1082
EXPRIMES 1057
SIEGES A POURVOIR 10


Voir tableau résultats détaillés ,en téléchargement fichier "analyse PLP " ci dessous

COMMENTAIRES et ANALYSE

CAPA DES PLP

1/ La fusion snetaa fo n'a pas du tout fonctionné au plan local en terme de cumul de voix , ainsi en 2008 ces deux organisations totalisaient 390 voix ( 235 pour le snetaa et 155 pour FO ) et 3 sièges ( 2 snetaa et 1 fo ) , or la liste snetaa fo ne totalise en 2011 que 176 voix et un seul siège , soit une perte de 214 voix et de 2 sièges

2/ le Snuep fsu perd encore des voix et le snalc creuse l'écart qui le séparait déjà du snuep . Ainsi le snalc devançait en 2008 le snuep que de 3.6% . En 2011 , le SNALC devance le SNUEP de 11% . A total ces douze dernières années le SNUEP ne cesse de perdre des voix (- 23% ). Pour mémoire et illustration de cette chute continue: en 1999 le SNUEP totalisait 48.6 % des voix ( 5 sièges) et le SNALC 21.2% ( 2 sièges). Le problème de fond pour le SNALC , c’est qu’à l’issue de l’élection au C.T.M, il disparaît de toute représentativité syndicale ( voir page 2) et que son existence propre , sa survie sont dès lors très sérieusement remise en question

3/ Le SE UNSA qui a été rejoint par AD progresse + de 14 %

4/ La CGTR EDUC ne totalise que 3% alors que la CGT Educ frise la première place parmi les plp au niveau national avec 25% des voix . L'ouverture de la CGTR EDUC aux enseignants que depuis 5 mois et une activité syndicale insuffisamment régulière explique principalement cette faible progression qui devrait être largement corrigée lors de prochaines échéances

CAPN DES P.L.P

L’alliance SNETAA et FO n’a pas du tout fonctionné également au plan national au regard des reports et cumul de voix

Ainsi, si on additionne les voix totalisées par ces syndicats en 2008, soit 30.1% Snetaa et 5.60% pour FO , la liste snetaa fo aurait du recueillir en 2011 , 35.7 % des suffrages. Or, elle

n’en recueille qu’un peu plus de 27% tandis que la CGT ( 2eme syndicat des PLP) continue sa progression avec plus de 25 % des voix très loin devant le SNUEP et Unsa . La CGT qui n’est plus qu’à 2 points de la première place alors qu’elle était à 6 points de la première place en 2008 obtient 3 sièges au même titre que le Snetaa-Fo.

Le Snalc quant à lui ne recueille que 3 % à la CAPN des PLP et aucun siège

C.T.M ( comité technique ministériel)

Ce ne sont plus les résultats des C.A.P qui déterminent la représentativité syndicale mais les sièges détenus par les syndicats au Comité technique ministériel . Ainsi pas de siège , plus aucune représentativité !

Au sein du comité technique ministériel (CTM), passé de 20 à 15 sièges, deux tendances se dessinent : le tassement de la FSU, qui a perdu la majorité absolue, et la disparition du Snalc et de ses alliés "républicains" regroupes dans un attelage sans cohérence (union pour l'école républicaine ) qui ne totalise qu'un peu plus de 4%

Outre la disparition du SNALC , le rapport de forces n'est pas radicalement modifié : la FSU, principale fédération syndicale du monde éducatif, passée de 43 % à 41 % des voix, conserve sa première place, avec 7 sièges (sur 15). L'UNSA, passée de 19 % à 21 % des voix, se maintient deuxième, avec 4 sièges. le SGEN-CFDT, passé de 9 % à 10 % des suffrages, remporte un siège. FO et la CGT – passés respectivement de 9 % à 10 % et de 5 % à près de 7 % des voix – remportent un siège. Un siège également pour Sud Education.

Ainsi , Le SNALC qui ne parvient pas à arracher un siège au comite technique ministériel disparait en terme de représentativité , ce qui ouvre la porte à son extinction pure et simple ( privés de droits syndicaux, de financements , de possibilité d'accord, de négociations ect ). Ainsi au final les voix portées sur ce syndicat s'avèrent inutiles, car elles sont de fait des voix perdues pour une organisation non représentative appelée qui plus est à disparaître

C.T.A ( comite technique académique de la Réunion)

Fait nouveau
Percée remarquée de la liste CGTR EDUC’ ACTION/SAIPER qui ne possédait aucun siège et qui sera désormais représentée au C.T.A . Notre liste totalise plus de 909 voix près de 11% des voix . La FSU perd 6.2% ( elle passe de 30.5% à 24.3% ) et se retrouve en deuxième position .


Unsa : 28.6 % 3 sièges
Fsu : 24.3% ( - 6.2%) 3 sièges
Uer ( snalc, cftc et 12 autres petits syndicats ultra corpo ) : 20.6% ( - 4%) 2 sièges
CGTR EDUC’ACTION/SAIPER : 11% ( +11%) 1 siège
Fo : 8% 1 siège au plus fort reste
Cfdt 4.8%
Sud education 2.90%


REJOIGNEZ LA CGTR EDUC’ ACTION , LE SYNDICAT DU TOUS ENSEMBLE , PREMIERE ORGANISATION SYNDICALE DE LA REUNION

REJOIGNEZ LE SYNDICALISME CGT , CELUI QUI PEUT PESER SUR LA POLITIQUE DU GOUVERNEMENT ET S’OPPOSER AVEC LE PLUS D’EFFICACITE A LA LIQUIDATION DE L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL

Dimanche 23 Octobre 2011
La CGTR EDUC’ACTION vient de se constituer le 1er mai 2011 suite à la dissolution du SGPEN CGTR dont le champ de syndicalisation était limité aux seuls personnels ATOSS

Désormais, la CGTR, première organisation syndicale des salariés de notre île a vocation à regrouper, au travers de sa branche EDUC’ACTION l’ensemble des personnels enseignants et d’éducation aux cotés des administratifs, labos, personnels de santé et sociaux qu’elle syndique déjà.

Rejoindre la CGTR EDUC’ACTION, c’est d’abord faire le choix d’une confédération syndicale qui entend réunir tous les travailleurs. La CGTR qui œuvre pour le « tous ensemble » construit, avec l’ensemble des salariés du privé et du public, de nouvelles solidarités avec les chômeurs, les précaires, les exclus. C’est tous ensemble que nous pourrons lutter contre l’injustice sociale et pour une école plus démocratique.

La CGT EDUC’ACTION, c’est aussi la deuxième organisation syndicale des PLP avec 26 % des voix aux dernières élections professionnelles* (voir au verso tableau représentativité). Le rayonnement national de notre syndicat constitue un point d’appui important pour défendre au mieux, avec efficacité les intérêts professionnels de tous les PLP. Elle nous offre une légitimité locale indiscutable

Collègues PLP, si comme nous , vous partagez les valeurs du « TOUS ENSEMBLE », et le dépassement des corporatismes étriqués, si comme nous vous prononcez pour un syndicalisme de lutte et de transformation sociale, si comme nous vous avez cette perception que d’autres salariés autour de vous « existent » et qu’il faut tisser des solidarités à la place des murs, eh bien sachez que vous avez toute votre place au sein de la CGTR EDUC’ACTION


TELECHARGER CI-DESSOUS TABLEAU REPRESENTATIVITE PLP

Lundi 20 Juin 2011
1 ... « 2 3 4 5

ADHESION A LA CGTR EDUC'ACTION
CLIQUEZ SUR LE LOGO !!!
Trésorière : Fabiola Thermidor - 0693.94.01.99

Newsletter


L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Forum


Le site de l'Union Nationale des Syndicats de l'Education Nationale

Le site de l'Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires


Le Quotidien de la Réunion et de l'Océan Indien