SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK

BUREAU ACADEMIQUE -RESPONSABLES CGTR EDUC'ACTION-CLIQUEZ ICI !!

LES GUIDES JURIDIQUES
DE LA CGT EDUC'ACTION

ESPACE du 1er DEGRE
de la Cgt Educ'Action

Le GUIDE ATSS
DE LA CGTR EDUC'ACTION

RESPONSABLE CGTR EDUC DES AESH
- ADELINE MARCHAIS AU 0.692.36.91.08






           
PREMIER DEGRE

RYTHME? VOUS AVEZ DIT RYTHME



RYTHME? VOUS AVEZ DIT RYTHME
RYTHME? VOUS AVEZ DIT RYTHME


Si vous avez des hésitations sur son orthographe, dites vous qu’il s’est longtemps écrit rhythme (jusqu’au 19e siècle). Il vient en effet du latin du latin rhythmus, du grecrhuthmós qui signifiait « mouvement réglé et mesuré »

« Mouvement réglé et mesuré ». Cela laisse songeur quand on considère la grande pagaille mise en place par la réforme des rythmes scolaires , on est plutôt dans le dérèglement démesuré…

Certes, du mouvement, il y en a : des enfants perdus qui vont et viennent, des parents déboussolés qui entrent et sortent de l’école, des enseignants qui font et défont des listes à un rythme effréné, des directeurs qui se démènent pour éviter accidents et incidents… Ça balance pas mal, dans les communes qui ont mise en œuvre la réforme cette année ! De là à dire que tout cela a fière allure…

Certes, cette rentrée scolaire (oublions l’épithète !) ne fut pas une surprise. Elle ne fut pas imprévisible : les personnels des écoles, enseignants ou non, avaient depuis des mois annoncé les problèmes que les communes assuraient être certaines de régler avant août 2013. Même parmi les plus zélés zélateurs de ces nouveaux rythmes, certains se lassent de la litanie municipale. Essoufflés, ils sont contraints de se rendre à l’évidence : ce rythme-là n’est pas le bon, il faut jeter la partition à la corbeille : non seulement il faut revoir la cadence, mais aussi la mélodie !

En tous cas, si rythme et rime ont tous deux une même origine (rhythme désignait les deux, dans un poème), on ne peut pas dire de ces rythmes qu’ils riment avec l’intérêt des enfants, des élèves, et des enseignants ! Si c’est un poème, il tire de mauvaises versions de l’oulipo ou d’une piètre parodie d’inventaire à la Prévert…

Quant aux chronobiologistes, systématiquement appelés à la rescousse pour servir de caution à chaque modification des rythmes, ils doivent bien rire (jaune), ou pleurer, de la mélopée ... Car si rythme implique l’idée d’une régularité ,on sait ce qu’endurent ceux qui souffrent d’arythmie cardiaque), les jours d’un enfant "rythmé" ne se ressemblent plus : trois emplois du temps déséquilibrés sur cinq jours d’école, avec des horaires de sortie qui changent chaque jour.

Le Robert définit pourtant le mot rythme par « retour à intervalles réguliers d’un repère constant » ! Les petits de maternelle, mais aussi les plus grands d’élémentaire (dans certains quartiers, les élèves de CM1-CM2 se sont déjà massivement désinscrits des ateliers périscolaires, se retrouvent donc à la rue dès 15h avec toutes les conséquences que cela peut avoir), désorientés, déstabilisés par l’absence de repères horaires et humains, encore quatre semaines après la rentrée, apprécient…

Le grand gagnant de cette réforme Peillon est le consumérisme scolaire : on vient en client, on prend, on laisse, on choisit le contenu, l’horaire… Et vive la confusion des responsabilités, des règles, des lieux… Oraison funèbre pour le caractère national de l’École reléguée à l’arrière plan : les Villes dictent les contenus (et tant pis s’ils sont de piètre qualité, sans moyens matériels…), l’organisation, l’utilisation des locaux, la gestion des personnels… Le nouveau rythme de l’enfant est d’abord un rythme municipal…

Allez, osons terminer sur cette phrase détournée de Paul Éluard : « Un c[h]œur n’est juste que s’il bat au rythme des autres cœurs. »

En ignorant les personnels, en les divisant, en les méprisant, nos communes Peillonistes ont joué une partition à contre-temps, discordante, qui, si elle suit le tempo imposé par le Ministre de l’Éducation nationale, dessert et la réforme des rythmes et l’École elle-même. Une (longue) pause s’impose… Sans remettre le bilan aux calendes grecques ! Force sera de constater, comme la CGTR Éduc’Action le dit depuis des mois, que cette réforme Peillon des rythmes scolaires est néfaste pour les personnels, n’apporte rien aux élèves, voire leur est même préjudiciable ! Et qu’elle doit donc être abandonnée !

Et vu le "Bazar" qu'elle crée sur le terrain et la colère grandissante qu'elle suscite , il ne serait pas étonnant que la fronde finisse par l'emporter et que le gouvernement , là aussi, soit contraint de reculer. La grève et mobilisation nationale du 14 novembre poursuit d'ailleurs un tel objectif .

LA CGTR EDUC'ACTION


Mercredi 30 Octobre 2013
Patrick CORRE
Lu 85 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

PREMIER DEGRE | SECOND DEGRE | Personnels d'Education et d'Orientation


ADHESION A LA CGTR EDUC'ACTION
CLIQUEZ SUR LE LOGO !!!
Trésorière : Fabiola Thermidor - 0693.94.01.99

Newsletter


L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Forum


Le site de l'Union Nationale des Syndicats de l'Education Nationale

Le site de l'Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires


Le Quotidien de la Réunion et de l'Océan Indien