SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK

SITE SPECIFIQUE SPÉCIAL COVID DE LA CGT FONCTION PUBLIQUE

BUREAU ACADEMIQUE -RESPONSABLES CGTR EDUC'ACTION-CLIQUEZ ICI !!

LES GUIDES JURIDIQUES
DE LA CGT EDUC'ACTION

ESPACE du 1er DEGRE
de la Cgt Educ'Action

Le GUIDE ATSS
DE LA CGTR EDUC'ACTION

RESPONSABLE CGTR EDUC DES AESH
- ADELINE MARCHAIS AU 0.692.36.91.08






           
Mobilisation

Retraites des fonctionnaires outre mer : la mobilisation monte d'un cran !!!

Le SGPEN CGTR est pleinement satisfait de la mobilisation de fonctionnaires ce mercredi 15 octobre 2008.

Plus de 3500 personnes dans la rue c’est en effet, trois fois mieux que lors du précédent rassemblement alors que nous sommes dans une période de vacances scolaires.



Retraites des fonctionnaires outre mer : la mobilisation monte d'un cran !!!
Jego a fini par annoncer, officieusement, à quelques heures de la manifestation, le retrait de la disposition concernant les bonifications d’ancienneté.

Néanmoins, nous ne sommes pas à l’abri d’un amendement parlementaire qui remettrait cette question à l’ordre du jour, sauf à considérer que le parlement n’est qu’une simple chambre d’enregistrement.

Par ailleurs, sur l’I.T.R., le secrétaire d’état a déclaré « qu'il n'y aurait pas de moratoire et que la réforme devait aller jusqu'au bout, car " cela faisait plus de vingt ans qu'elle était attendue".

Pour toutes ces raisons, le SGPEN CGTR appelle au renforcement de la mobilisation et garde le cap d’une grève reconductible à la prochaine rentrée scolaire.

Ce n’est parce que Jégo a fait diversion avec les bonifications d’ancienneté que nous allons renoncer au combat engagé :

- Maintien de l’ITR !
- Vigilance sur les bonifications d’ancienneté !
- Engagement écrit du gouvernement que ne sera pas remis en cause l’index de correction !



A St Denis, le mercredi 15 octobre 2008

Le Secrétaire général du SGPEN-CGTR

Patrick CORRE

Retraites des fonctionnaires outre mer : la mobilisation monte d'un cran !!!
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Article du jounal de l'Ile ( JIR) du 16 octobre 2008

La forte mobilisation des fonctionnaires réunionnais contre la réforme de l’indemnité de retraite temporaire (IRT) sonne comme un avertissement aux oreilles de l’Etat. Si le gouvernement ne retire pas son projet, l’intersyndicale ira sans doute à la grève illimitée aux alentours de la rentrée du 27 octobre.


La pluie aurait pu venir gâcher la fête. Mais il aurait fallu beaucoup plus pour calmer les esprits des fonctionnaires, hier, à Saint-Denis. Environ 1 500 personnes des trois fonctions publiques (Etat, territoriale et hospitalière), dont une bonne partie de l’Education nationale (les profs sont en vacances), s’étaient réunies contre la réforme prochaine de l’IRT (l’indemnité de retraite temporaire) qui prévoit sa disparition à long terme (1). Après deux rendez-vous manqués, la dernière manifestation n’ayant réuni que 600 personnes à Saint-Denis, l’intersyndicale (CGTR-CFTC-FO-UNSA-FSU-Solidaires-Saiper) se devait cette fois de frapper un grand coup. Certes, on est loin de la mobilisation massive de jeudi dernier en Polynésie au sujet des retraites - où les syndicats avaient fait descendre plus de 3 000 fonctionnaires dans la rue - mais l’intersyndicale réunionnaise est satisfaite. “Nous sommes trois fois plus que la semaine dernière”, a scandé Patrick Corré de la CGTR. Marire Hélène Dor de la FSU, a parlé de “3 000 manifestants”. Mais qu’importe le chiffre, pour l’intersyndicale, le message est enfin passé. Celui-ci n’a d’ailleurs pas évolué : il s’agit toujours du retrait de l’article 62 du projet de loi de financement de la sécurité sociale, examinée dans les jours à venir à l’Assemblée. L’intersyndicale ne veut pas que l’on touche à l’IRT et l’a répété au micro des mégaphones ainsi qu’au directeur de cabinet du préfet.

“QUE JÉGO S’EN AILLE !”

Sur la forme, Yves Jégo en a pris encore pour son grade. Parmi les déclarations les plus virulentes (il y en a eu plusieurs), celle de Patrick Corré : “Ce Jégo qui triche, qui manipule l’opinion publique et qui cherche à opposer les salariés du privé à ceux du public, nous lui disons ceci : s’il n’est pas capable d’exercer sa fonction en toute sérénité, qu’il s’en aille.” Pour Armand Hoareau de l’Unsa, “toute réforme non fondée sur la négociation sera systématiquement refusée. A chaque fois qu’il le faut, nous serons dans la rue pour dire non à ces réformes”. “Aujourd’hui, c’est le début d’une mobilisation qui va continuer si Jégo ne retire pas ses projets. On en a assez !”, s’est exprimée une représentante de FO, déclaration immédiatement suivie par une salve d’applaudissement et de cris de la foule massée dans les jardins de la préfecture. Malgré la colère bien visible, et les esprits échauffés, aucun incident majeur n’a été déploré. Une infime partie des manifestants a bien réussi à bloquer la route à l’entrée du Barachois pendant une petite heure avant d’être finalement repoussée dans le calme par le cordon de police en place. Après cette action réussie, l’intersyndicale se réunira à nouveau dans les prochains jours pour faire le bilan. Les organisations syndicales attendent maintenant la réaction de l’Etat. Armand Hoareau indiquait hier que les représentants nationaux de l’Unsa avaient demandé à rencontrer “les responsables des Dom à l’Elysée”. Comme elle l’avait déjà annoncé, l’intersyndicale a redit hier qu’elle se donnait la possibilité d’aller prochainement à la grève illimitée (à priori aux alentours de la rentrée du 27 octobre) si le gouvernement ne faisait pas marche arrière sur la réforme de l’IRT. Une grève illimitée dans toute la fonction publique avec toutes les répercussions que l’on peut imaginer (pas d’école, administrations au ralenti, etc.) La mobilisation d’hier s’inscrit donc dans une montée en puissance des actions de contestation des fonctionnaires au projet gouvernemental.La balle est plus que jamais dans le camp de l’Etat

Thomas Lauret

___________________________________________________________________________

Article du Journal Temoignages du 16 octobre 2008

Une forte mobilisation et une union des trois fonctions publiques », c’est ce que retient Patrick Corré, du SGPEN-CGTR, qui a qualifié le mouvement de « prometteur ». Plus de 3500 personnes, selon les syndicats, ont défilé hier matin du Jardin de l’Etat à la préfecture. Certains manifestants ont bloqué la route au niveau du Barachois un peu après midi et demi, décrétant un « barrage filtrant »

.

Le SGPEN CGTR est satisfait de la mobilisation de fonctionnaires ce mercredi 15 octobre 2008.

Après les manifestations du 2 et du 7 octobre qui avaient mobilisé quelques centaines de personnes, les fonctionnaires sont descendus une nouvelle fois dans la rue, hier matin, plus nombreux, en cette période de vacances scolaires. Ils s’opposent à la remise en cause progressive de l’indemnité temporaire de retraite (ITR) qui est de 35% pour les fonctionnaires d’outre-mer, voulue par le gouvernement.



D’autre part, ils contestent également la possible remise en question du système de bonification des retraites. Actuellement trois années de services rendus outre-mer équivalent à quatre années pour le calcul des droits de retraite. Après la réforme, il faudrait dix ans de services rendus pour obtenir une année de bonification.



Ces derniers jours Yves Jégo, le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer, a déclaré que ce système de bonification ne serait pas modifié. C’est une « manœuvre de diversion » estime Marie-Hélène Dor, de la FSU, interrogée en direct sur Télé Réunion, jugeant qu’il faut rester mobiliser.
 Eric Chavriacouty de l’UNSA a jugé, pour sa part, que : « sous prétexte de lutter contre des excès, on en arrive à un projet de suppression de l’ITR même pour les plus modestes. »



Totalement opposés à la suppression de l’indexation des retraites, les représentants syndicaux vont dresser le bilan de cette journée et pourraient appeler à une nouvelle journée d’action le 27 octobre, jour de la rentrée scolaire.

______________________________________________________________________________

Article paru sur le site de Pierrot Dupuy : http://www.zinfos974.com

Forte mobilisation des fonctionnaires


Entre 1500 et 2000 personnes selon la police, 3000 pour les syndicats. La manifestation de la fonction publique a connu une forte mobilisation ce matin.
Le cortège est traditionnellement parti du jardin de l’Etat et s'est achevé à la Préfecture.

Depuis plusieurs jours les syndicats appelaient la population à se joindre aux cortèges. Cri d’alerte réussi puisque les fonctionnaires de la fonction publique ont été présents en masse aujourd’hui, avec une estimation minimum de 1700 personnes.

Tous ont élevé leurs banderoles colorées, dans la bonne humeur, contre la réforme des retraites, les suppressions de postes et contre une série de points précis qui portent, pour eux, atteinte à l’économie de la Réunion.

Postiers, infirmiers, administrations ou encore enseignants puisque c’est l’éducation nationale qui a été à la pointe du mouvement, le cortège a rassemblé les différents corps de la fonction publique… et même certains salariés du privé, car Patrick Corré l’a rappelé lors de son discours, "ce Jego qui divise, ce Jego qui triche, ce Jego qui manipule l’opinion publique, et qui cherche à opposer les salariés du privé à ceux du public, nous disons au secrétaire d’ Etat à l’Outre-mer, s’il n’est pas capable d’exercer sa fonction en toute sérénité, qu’il s’en aille".

Après plusieurs mois d’actions locales dont certaines n’ont pas connu le succès espéré par les syndicats, cette manifestation a le mérite d’avoir attiré un nombre plus important de fonctionnaires. Mais les revendications restent, sans surprise pour l’intersyndicale, sans réponses de la Préfecture qui "a pris acte des revendications exprimées aujourd'hui".

Le directeur de cabinet a reçu une délégation vers midi, qui lui a remis une motion de censure.
Les syndicats insistent une nouvelle fois sur la volonté du gouvernement actuel de monter les catégories socio-professionnelles les unes contre les autres alors qu’à terme, ils évoquent une "paupérisation de l’ensemble des salariés".

Aucun débordement n’a été à signaler, hormis une petite altercation entre les manifestants et un automobiliste impatient. Les forces de l’ordre ont maîtrisé cet épisode de colère qui est intervenu pendant le blocage des manifestants de la route. Paralysie de la circulation qui a duré environ 45 minutes, entre 12h15 et 13h00.

Mercredi 15 Octobre 2008
Patrick CORRE
Lu 1288 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Editos | Carrières | Contractuels | Précarité | Retraites | Mobilisation | Rectorat | UNIVERSITE | DJSCS | CRDP | Textes juridiques


ADHESION A LA CGTR EDUC'ACTION
CLIQUEZ SUR LE LOGO !!!
Trésorière : Fabiola Thermidor - 0693.94.01.99

Newsletter


L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Forum


Le site de l'Union Nationale des Syndicats de l'Education Nationale

Le site de l'Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires


Le Quotidien de la Réunion et de l'Océan Indien