SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK

BUREAU ACADEMIQUE -RESPONSABLES CGTR EDUC'ACTION-CLIQUEZ ICI !!

LES GUIDES JURIDIQUES
DE LA CGT EDUC'ACTION

ESPACE du 1er DEGRE
de la Cgt Educ'Action

Le GUIDE ATSS
DE LA CGTR EDUC'ACTION

RESPONSABLE CGTR EDUC DES AESH
- ADELINE MARCHAIS AU 0.692.36.91.08






           
AAENES

Transfert des gestionnaires aux collectivités locales : l'ignorance de nos missions !



Transfert des gestionnaires aux collectivités locales : l'ignorance de nos missions !
"La solution est de choisir entre l’une ou l’autre autorité. Pour les TOS, il s’agirait de transférer les gestionnaires des agents concernés (TOS), à savoir les gestionnaires (collèges) ou les intendants (lycées) et leurs collaborateurs, sous l’autorité unique de l’exécutif local".

La distinction introduite par les rapporteurs entre les gestionnaires des agents concernés (TOS), à savoir "les gestionnaires (collèges)" ou les "intendants (lycées)" démontre le peu de connaissance de l’évolution de nos métiers, mais là n’est pas l’essentiel.

Il apparait évident aussi que le "ou" deviendra inévitablement un "et" car nous sommes tous gestionnaires, et l'on voit mal un transfert organisé pour les seuls gestionnaires des lycées ou les seuls gestionnaires des collèges.

Mais peut-être la délégation sénatoriale a-t-elle voulu opérer une distinction entre gestionnaires matériels et agents comptables gestionnaires ? Quid en effet de la fonction comptable ?

Dans tous les cas, cela traduit l'ignorance des rapporteurs sur le champ et le périmètre de nos missions.

Par ailleurs, évoquer la suppression des "situations de double hiérarchie" sans situer la place et le rôle du chef d'établissement dans la conduite de la double hiérarchie constitue une approche pour le moins réductrice.

Ce rapport lève aussi le voile sur la "fameuse reconnaissance officielle de la place du gestionnaire comme adjoint du chef d'établissement" portée notamment par des marchands de sables. Derrière les mots et les annonces, une vérité : que du flan et de l'esbroufe qui n'engagent d'ailleurs que ce qui y croient. Ce gouvernement, la seule reconnaissance qu'il a, c'est tailler là où il peut, raboter encore et encore et mettre en lambeau notre statut, jugé trop contraignant dans le cadre de l'offensive libérale de nos idéologues sarkosystes.

L'objectif ministériel, est aussi dans ce cadre, de trouver les "gisements d'efficience" qui permettront d'appliquer les 1 700 nouvelles suppressions de postes dans l'éducation. Le reste n'est que vernis et poudre de perlimpinpin pour amuser la galerie et détourner l'attention sur le principal.

Ce qui est inquiétant dans ce rapport sénatorial, c'est qu'il s'agit d'un rapport partagé, qui dépasse les clivages politiques. Des Verts en passant par le Nouveau centre, le Parti radical de gauche, puis le PS et l'UMP dont Mr SIDO bruno, secrétaire général de l'Assemblée des Départements de France...

Cette unanimité politique fait craindre le pire, elle doit nous conduire à multiplier les initiatives unitaires pour que ce rapport ne soit pas suivi d'effets.

Comme l’a souligné un de nos collègues ,précisons par ailleurs « que le rapporteur principal M.Doligé est président du CG 45, précurseur en matière d'externalisation avec la création du premier collège en Partenariat Public Privé. Pas ou peu de personnels territoriaux et la plus grande latitude laissée aux entreprises privées. Et une assez faible confiance pour l'Education Nationale en général et les gestionnaires en particulier »

Quant à l'autre co rapporteur principal , il s'agit du sénateur Claude Jeannerot (PS) président de conseil général du Dous

Cette unanimité politique fait craindre le pire, elle doit nous conduire à multiplier les initiatives unitaires pour que ce rapport ne soit pas suivi d'effets

Patrick CORRE
Commissaire paritaire du SGPEN CGTR à la capa des ADAENES
_____________________________________________________________________________

Contribution-Reflexion d'un groupe de travail "GESTIONNAIRE"

1 La problématique

Un EPLE partagé entre des missions relevant de l’ETAT et des collectivités territoriales.

Un EPLE où les collectivités sont entrées en force, du fait des missions transférées, du fait qu’elles ont récupéré près de 100 000 agents qui relevaient de la fonction publique d’Etat ; du fait aussi de leur activisme dans des domaines périphériques et facultatifs (culture, aide aux élèves, vie scolaire avec les conseils de jeunes lycéens et collégiens…)

Un EPLE qui, du point de vue de l’Etat, se recentre fortement sur sesmissions pédagogiques et éducatives,

Au milieu de tout cela, un gestionnaire
- dans le doute et l’expectative
- interrogatif quant au sens de sa mission
- interrogatif quant à son devenir
- interrogatif quant à l’évolution des modes de gestion d’un domaine qui constitue une grande part de son domaine d’activité : gestion déléguée, allant en se renforçant, ou gestion intégrée au sein de la
collectivité (viabilisation, entretien par ex.)
-
On peut aisément imaginer, que compte tenu de l’importance des missions transférées aux collectivités, de la vision dynamique qu’elles en ont, l’aboutissement de cette évolution devrait être l’intégration du gestionnaire dans la fonction publique territoriale.

La conséquence :
- un gestionnaire centré exclusivement sur des fonctions logistiques et coupé de l’activité pédagogique et éducative.
- l’impossibilité d’exercer des fonctions de comptable public.
- Un gestionnaire, peut être en charge de la gestion des TOS, mais incompétent au niveau de la gestion des personnels administratifs.
-

Il est clair que dans ce scénario, la notion d’établissement public tel que nous le concevons aujourd’hui, n’aura guère plus de sens, de même que la notion de communauté éducative.

Il est évident, que nous sommes aujourd’hui à la croisée des chemins ; il est urgent de sortir de l’attentisme actuel et d’exprimer de manière forte dans quel sens il paraît souhaitable de s’orienter.

C’est une nécessité pour lesgestionnaires, c’est une nécessité également pour les chefs d’établissements qui ont, eux aussi, besoin d’une lisibilité pour les années à venir, dans la perspective, notamment, du développement des exigences en terme d’analyse financière dans les domaines du fonctionnement pédagogique et matériel.

Mercredi 24 Novembre 2010
Patrick CORRE
Lu 1153 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

AAENES | ADJAENES | Agents | CASU | SAENES


ADHESION A LA CGTR EDUC'ACTION
CLIQUEZ SUR LE LOGO !!!
Trésorière : Fabiola Thermidor - 0693.94.01.99

Newsletter


L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          



Le site de l'Union Nationale des Syndicats de l'Education Nationale

Le site de l'Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires


Le Quotidien de la Réunion et de l'Océan Indien