SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK

SITE SPECIFIQUE SPÉCIAL COVID DE LA CGT FONCTION PUBLIQUE

BUREAU ACADEMIQUE -RESPONSABLES CGTR EDUC'ACTION-CLIQUEZ ICI !!

LES GUIDES JURIDIQUES
DE LA CGT EDUC'ACTION

ESPACE du 1er DEGRE
de la Cgt Educ'Action

Le GUIDE ATSS
DE LA CGTR EDUC'ACTION

RESPONSABLE CGTR EDUC DES AESH
- ADELINE MARCHAIS AU 0.692.36.91.08






           
Mobilisation

Accueil de claude Thelot : president national du 'grand débat sur l'Ecole'

Article du Journal de l'Ile de la Reunion sur l'acceuil "chaleureux " à l'aéroport que notre syndicat a reservé au président du grand "bla-bla sur l'ecole






Kosa y vien fèr Claude Thélot ?


C’est pas pour dire, mais on n’aimerait pas être à la place de Claude Thélot. On ne parle pas de la paie bien sûr, car là, ça se discute peut-être. On parle de sa mission d’évaluation de trois jours qu’il vient faire à la Réunion. Se taper 11 heures d’avion pour se faire accueillir fraîchement par des membres de la CGTR et de la Saiper qui ne vous souhaitent pas la bienvenue. Attendre plus d’une heure avant de s’engouffrer comme un voleur dans un fourgon de la Paf pour aller rejoindre en catimini M. Dupré, inspecteur pédagogique de lettres, qui attend là, dans sa 406 bleue, sur le parking bien connu des amoureux qui se livrent le soir aux exercices de géométrie dans l’espace, et tout ça pour venir discuter le bout de gras avec des ingrats qui ont boudé ostensiblement les deux demi-journées de réunion dans les établissements, les 22 novembre et 6 décembre derniers, il faut avoir la foi.

“MISSION IMPOSSIBLE”
Sans parler des syndicats enseignants, on veut dire la coordination FSU/FO/CGTR/Sud Education, qui a carrément boycotté le débat et qu’il lui faudra malgré tout convaincre de venir faire un causement. Il y a comme ça des missions du style “Mission Impossible” dont on se demande bien qui a les idées saugrenues de les inventer. Sans parler, et on en sait quelque chose, que les débats sur l’école assomment tout le monde.
Qu’est-ce qu’un citoyen ordinaire peut comprendre à ces réformes sans réforme qui tous les trois ou quatre ans resurgissent dont on sait quelle boîte de Pandore malencontreusement ouverte par une femme de ménage d’un quelconque ministère ? On se souvient plus des ministres de l’Éducation qui se sont fait chambrer ou carrément sortir que de leurs réformes. Au moins, la mère Denis qui vous vendait une machine à laver avec une simple phrase du style “c’est bien vrai ça !” est restée dans toutes les mémoires. Mais que reste-t-il des réformes entreprises ? Rien ! La seule chose que le citoyen de mauvaise foi peut reconnaître, c’est que plus des gens intelligents entreprennent des réformes intelligentes, et plus les élèves sont ignares. Y aurait-il un rapport de cause à effet entre les deux choses ? Pourtant, à lire la biographie de Claude Thélot, force est de reconnaître que le monsieur a du curriculum. Ancien élève de l’Ecole Polytechnique et de l’Ecole Nationale de la Statistique, conseiller maître à la Cour des Comptes depuis juillet 1998, inspecteur général de l’Insee de mars 1992 à juillet 1998, directeur de l’évaluation et de la prospective au ministère de l’Éducation nationale de septembre 1990 à décembre 1997, on se dit qu’il y a pire comme cancre. Encore que l’honnêteté nous oblige à dire qu’on ne comprend pas tout des fonctions ainsi présentées. Qu’est-ce que peut bien signifier “directeur de l’évaluation et de la prospective” ? On se doute bien qu’il doit s’agir d’un machin compliqué pour planifier quelque chose qui ne se planifie pas, mais quand même ! Vraiment pas le genre de sujet qu’on a envie d’aborder avec son voisin de table, ni en buvant une bière au comptoir. Cela étant, et comme le rappelait récemment la secrétaire de Monsieur Thélot, si ce dernier vient aujourd’hui dans l’île c’est pour montrer que le débat se fait partout, dans toutes les académies de France, des banlieues de Paris jusqu’aux plages de la Réunion.
Alors si tout se passe bien, il devrait recevoir aujourd’hui les syndicats qui le désirent (quel beau verbe que ce verbe désirer que l’on prononçait beaucoup dans les années 60) et demain il devrait participer à un atelier débat à la faculté (on ne sait pas encore si ce sera en tangol) avant de reprendre l’avion dans la soirée sans avoir pu goûter aux joies des îles. À moins que Jean-Yves Minatchy et la CGPER décident, faute d’un accord sur le fret avec Air France, d’envahir le hall de l’aéroport avec des mangues, des ananas et des letchis. Dans ce cas-là, Monsieur Thélot aura au moins l’occasion de déguster des fruits pays qui ne sont pas ceux de la réforme mais qui sont certainement plus sucrés. hall de l’aéroport avec des mangues, des ananas et des letchis. Dans ce cas-là, Monsieur Thélot aura au moins l’occasion de déguster des fruits pays qui ne sont pas

Dimanche 14 Décembre 2003
Patrick CORRE
Lu 531 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Editos | Carrières | Contractuels | Précarité | Retraites | Mobilisation | Rectorat | UNIVERSITE | DJSCS | CRDP | Textes juridiques


ADHESION A LA CGTR EDUC'ACTION
CLIQUEZ SUR LE LOGO !!!
Trésorière : Fabiola Thermidor - 0693.94.01.99

Newsletter


L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Forum


Le site de l'Union Nationale des Syndicats de l'Education Nationale

Le site de l'Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires


Le Quotidien de la Réunion et de l'Océan Indien