SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK

BUREAU ACADEMIQUE -RESPONSABLES CGTR EDUC'ACTION-CLIQUEZ ICI !!

LES GUIDES JURIDIQUES
DE LA CGT EDUC'ACTION

ESPACE du 1er DEGRE
de la Cgt Educ'Action

Le GUIDE ATSS
DE LA CGTR EDUC'ACTION

RESPONSABLE CGTR EDUC DES AESH
- ADELINE MARCHAIS AU 0.692.36.91.08






PLP
ESPACE P.L.P
Voie professionnelle du lycée, viser l'excellence ?
Le rapport Calvez-Marcon remis au Ministre de l’Éducation nationale propose «9 leviers» pour «viser l’excellence» dans la formation professionnelle dans l’Éducation nationale.

Le rapport présente l’apprentissage comme la solution miracle à l’insertion des jeunes. C’est une approche dogmatique de ce mode de formation où rappelons-le 1 jeune sur 5 ne finit pas sa première année de formation et où les filles ne représentent que 30% des apprentis…

La voie professionnelle n’a pas vocation à servir d’antichambre de l’apprentissage, c’est pourtant l’idée principale avancée dans le rapport Calvez-Marcon avec les passages possibles du scolaire vers l’apprentissage en fin de seconde et de première bac pro. Par ailleurs, le développement de l’apprentissage par la mixité des parcours et des publics conduira inexorablement à terme, à une remise en cause du statut de PLP et des 18 h hebdomadaires de face à face élèves.

Si le rapport réaffirme la conception d’une voie professionnelle du lycée conduisant à l’insertion professionnelle et aux poursuites d’études, l’évocation d’un simple «module d’accompagnement» en terminale vers le BTS ne peut nous satisfaire. La CGT Éduc’action revendique la création de classes passerelles vers le BTS et des parcours adaptés en 3 ou 4 ans aux besoins des élèves et des filières. En ce sens, nous accueillons positivement la proposition d’adaptation de la durée des parcours des CAP de 1 à 3 ans en fonction des besoins des élèves.

Enfin, la volonté de découper les diplômes en blocs de compétences et de gommer les frontières entre formation initiale et continue, via les campus des métiers nous parait dangereuse. L’obtention de blocs de compétences ne peut-être une réponse aux sorties sans diplôme pour deux raisons :

⇒ Premièrement, elle enlève au futur salarié les rémunérations et les conditions de travail garanties par le diplôme dans les conventions collectives et les accords d’entreprise ;

⇒ Deuxièmement, l’obtention de blocs de compétences d’une partie du diplôme en formation initiale pour un retour en formation continue plus tard pour l’obtention des blocs manquants est une idée qui ne se traduit pas dans les faits. Moins le niveau de formation initiale est élevé, moins une personne utilise son droit à la formation continue tout au long de la vie.

La CGT Éduc’action est attachée à une formation initiale exigeante, ayant pour ambition la scolarisation des jeunes jusqu’à 18 ans.

Dans le cadre des concertations qui s’ouvrent avec le Ministre, la CGT portera des orientations et des propositions concrètes pour la voie professionnelle du lycée : création de classes passerelles vers le BTS, classement des lycées professionnels en éducation prioritaire, fin du tout CCF et refus des blocs de compétences pour préserver le cadre national des diplômes…

Dans l’intérêt des élèves, la CGT Éduc’action partage l’ambition d’excellence pour la voie professionnelle du lycée affirmée dans le rapport Calvez-Marcon.

Mais pour y parvenir elle demandera les moyens nécessaires, sur la base d’autres propositions.

Jeudi 12 Avril 2018
Le gouvernement prêt à céder l’enseignement professionnel au MEDEF !
Par ses propositions, ce rapport remet en cause le statut scolaire de nos formations avec la mixité des publics, menace les contenus d’enseignement et pourrait conduire à l’annualisation du temps de travail des PLP !

Le rapport « pour le développement de l’apprentissage » remis le 30 janvier propose au gouvernement des pistes qui sapent le fondement même de l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Le texte proposé reprend en grande partie les propositions du MEDEF...

L’essentiel étant de satisfaire les exigences de court terme des employeurs en mettant toujours plus la formation au service des entreprises en augmentant les gains de productivité et en réduisant les coûts salariaux.

Les 44 propositions qui y sont formulées vont dans le sens d'une priorité très forte à l’apprentissage, à son assouplissement, à l’adaptabilité et la remise en cause des prérogatives de l’Education nationale notamment dans son rôle de certificateur. Les enseignants seraient obligatoirement formés pour être sensibilisés à l'apprentissage. Les diplômes professionnels seraient recentrés autour de familles de métiers, de quoi encore déprofessionnaliser davantage les jeunes.

C’est l’exploitation renforcée d’une partie de la jeunesse, la fin du statut pour les personnels, la fin des normes et garanties nationales et statutaires qui se mettraient en place si ces propositions étaient retenues par le ministre.

Pour la CGT, l’apprentissage ne doit pas être développé au détriment de la voie scolaire.

Le travail de casse des garanties collectives menées avec les ordonnances se poursuit !

Si on ajoute à cela, la réforme du lycée plus celle post bac, une sélection qui ne dit pas son nom à l’université, cela forme un ensemble très cohérent et extrêmement dangereux pour l’avenir des jeunes des classes populaires dont sont souvent issus nos élèves et pour l’avenir de la voie professionnelle du lycée !

Pour la CGT Educ’action, la voie professionnelle est l’une des trois voies du lycée, elle doit garder toute sa place au sein de l’Éducation nationale dans l’intérêt des élèves et des personnels, il est nécessaire de défendre et d’améliorer cette voie de formation sous statut scolaire.

C’est dans cet objectif que la CGT Educ’action rencontrera les autres organisations de ce secteur pour définir dans l’unité la plus large les revendications communes et les modalités d’actions.

Mercredi 14 Février 2018

La CGT Educ'action lance une enquête de rentrée sur les conditions de travail des PLP et les évolutions de la voie professionnelle. Nous sommes attaché-es à défendre au mieux les personnels de la voie professionnelle et une formation professionnelle sous statut scolaire de qualité. Répondre à ce questionnaire ne prend que 5 minutes. Votre avis nous intéresse, merci de votre participation



Jeudi 7 Septembre 2017
Déclaration des élus de la CGT  EDUC'ACTION pour la CAPN des PLP.
Vous trouverez en téléchargement ci dessous la déclaration des élus de la CGT
EDUC'ACTION pour la CAPN des PLP.

Cordiaelment
la CGTR EDUC'ACTION

Jeudi 2 Mars 2017
L'apprentissage encore et encore !
Les Inspections Générales viennent de publier un rapport intitulé "Comment développer l'apprentissage dans les lycées professionnels".

Ce rapport considère l'Éducation nationale dans un "contexte concurrentiel", l'école n'est donc plus qu'une marchandise comme une autre.

Ce rapport préconise une extension de la mixité des parcours (alternance d’années de formation sous statut scolaire et de périodes en apprentissage) et de la mixité des publics (accueil dans une même section de jeunes sous les deux statuts). Il veut faire de l’apprentissage une "composante naturelle" des établissements technologiques et professionnels...

Sans aucun élément d’analyse, l’apprentissage est présenté comme la solution à tous les problèmes : manque d’attractivité des filières, échec de l’insertion professionnelle, décrochage… Tant pis si la réalité de l'apprentissage n'est pas vraiment celle-là !

Alors qu'ils admettent eux-mêmes que le nombre de sections mixtes est très faible, les Inspecteurs font des quelques statistiques dont ils disposent (sur l'académie de Caen) leurs seuls arguments en faveur de la mixité des publics, ignorant, de fait, les problèmes pédagogiques et d'organisation importants que cela engendre. Les obstacles pédagogiques à la mixité des publics sont balayés d’un revers de manche. Méprisant le savoir-faire des enseignant-es de lycée professionnel, le rapport préconise une "professionnalisation des acteurs en termes d’ingénierie pédagogique".

Le rapport menace clairement le statut des PLP. Les obligations réglementaires de services, hebdomadaires, sont perçues comme un "problème". Il propose tout simplement de les casser en faisant en sorte que l'on ne distingue pas la quotité de service effectuée en direction d'élèves ou d'apprenti-es, via "un conventionnement à reversement du CFA vers l’État de la partie des salaires correspondante".

Au bout du compte, l'augmentation du nombre d'apprenti-es pour répondre aux vœux du gouvernement est le seul objectif. Mais pour quoi faire ?

La CGT Éduc'action continue d'exiger l'arrêt de cette promotion de l'apprentissage uniquement pour répondre aux besoins du patronat. Elle continue de penser qu'une formation professionnelle initiale de qualité doit d'abord pouvoir se faire sous statut scolaire. Non pas par sectarisme idéologique mais bien parce que cette formation est plus efficace, plus démocratique et porte l'idée de l'émancipation.

Montreuil, le 11 octobre 2016

Jeudi 27 Octobre 2016
Promotions à la hors classe des PLP - RS 2015-2016
TELECHARGER CI DESSOUS EL FICHIER

Lundi 4 Mai 2015
1 2 3 4 5

ADHESION A LA CGTR EDUC'ACTION
CLIQUEZ SUR LE LOGO !!!
Trésorière : Fabiola Thermidor - 0693.94.01.99

Newsletter


L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Forum


Le site de l'Union Nationale des Syndicats de l'Education Nationale

Le site de l'Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires


Le Quotidien de la Réunion et de l'Océan Indien