CGTR EDUC'ACTION : Le Blog des contractuel(le)s de l'Académie de LA REUNION

AUTORISATION DU RECTORAT

Le secrétaire général d'Académie vient de nous accorder l'autorisation de tenir nos réunions d'informations syndicales pour la rentrée de janvier (Voir planning ci-dessus). Vous êtes donc autorisés à y assister pendant vos heures de services.


Localité Dates Horaires Lieux
NORD Mercredi 28 janvier 2009 09h00 à 12h00 RECTORAT
OUEST Report date ultérieure en raison de la grève du 29 janvier
SUD Vendredi 30 janvier 2009 09h00 à 12h00 Lycée Ambroise Vollard (Saint Pierre)
EST Mercredi 4 fevrier 2009 08h30 à 11h30 Collège Cambuston (Saint André)

Edito(s)


Rédigé par Patrick CORRE le 11 Décembre 2008 à 16:27 | Commentaires (0)

Monsieur le Recteur d’académie,

A l’approche de la fin d’année civile et des vacances scolaires, nous constatons une nouvelle fois que le droit des personnels contractuels de notre académie n’est absolument pas respecté par l’autorité académique.



Cette situation est d’autant plus inacceptable que vous avez notamment pour mission et obligation de faire respecter les textes réglementaires et législatifs en vigueur.

Ainsi, l’article 45 du décret du 17 janvier 1986 qui précise les conditions dans lesquelles les contrats ou engagements à durée déterminée peuvent être renouvelés est « foulé aux pieds ».

Art. 45. – (modifié par les décrets n° 88-585 du 6 mai 1988 et n° 2007-338 du 12 mars 2007)
Lorsque l’agent non titulaire est recruté par un contrat à durée déterminée susceptible d’être reconduit, l’administration lui notifie son intention de renouveler ou non l’engagement au plus tard :

– le huitième jour précédant le terme de l’engagement pour l’agent recruté pour une durée inférieure à six mois ;
– au début du mois précédant le terme de l’engagement pour l’agent recruté pour une durée supérieure ou égale à six mois et inférieure à deux ans ;
– au début du deuxième mois précédant le terme de l’engagement pour l’agent recruté pour une durée supérieure ou égale à deux ans ;
– au début du troisième mois précédant le terme de l'engagement pour le contrat susceptible d'être reconduit pour une durée indéterminée. Dans ce cas, la notification de la décision doit être précédée d'un entretien ;

Lorsqu’il est proposé de renouveler le contrat, l’agent non titulaire dispose d’un délai de huit jours pour faire connaître, le cas échéant, son acceptation. En cas de non-réponse dans ce délai, l’intéressé est présumé renoncer à l’emploi.


Le non application de cette disposition réglementaire pourtant obligatoire est lourde de conséquence pour nos collègues contractuels : elle participe un peu plus à l’insécurité professionnelle et empêche les agents intéressés de se projeter et de construire convenablement leur vie sociale, familiale et personnelle.

Il n’est pas acceptable que nos collègues soient prévenus de la reconduction de leur contrat sur simple téléphonique et bien souvent que 2 à 3 jours avant leur prise de fonction au plus grand mépris des textes en vigueur.

Si ce n’est pas de la légèreté dans le mode de gestion des contractuels, ca y ressemble fort. Dans tous les cas, cela n’est guère admissible et doit être corrigé en toute urgence.

En conséquence, le SGPEN CGTR vous demande instamment de corriger le tir en faisant appliquer sans délais la réglementation en vigueur dans l’intérêt bien compris des personnels.

Veuillez agréer, Monsieur le Recteur, l’expression de nos salutations distinguées

A St Denis, le mardi 9 décembre 2008

Le secrétaire général du SGPEN CGTR
Patrick CORRE

Edito(s)


Rédigé par Patrick CORRE le 9 Décembre 2008 à 17:57 | Commentaires (0)

Pour une rentrée de fin janvier 2009 placée sous le signe de la lutte.



Coté revendicatif, rien n’est réglé et les suppressions de postes sont toujours au menu pour la rentrée scolaire 2009.

Encore une fois, c’est la catégorie C qui va payer la plus lourde facture avec au programme plus de 1 700 suppressions de postes en 3 ans dont pas moins de 700 en 2009.

C’est une double catastrophe : pour le service public et les carrières des agents.

Pour les collègues contractuels : C’est la porte à un emploi statutaire qui se ferme quasi complètement et cela n’est pas admissible !!!

Pour les titulaires notamment de catégorie C : C’est moins de promotions, moins d’avancement, c’est aussi des mutations rendues encore plus difficiles, des congés de formation réduit à portion congrue, des surcharges de travail importantes alors que tous, contractuels comme titulaires nos travaillons déjà à flux tendu.

Pour le SGPEN CGTR, la coupe est plus que pleine ! Il faut battre de nouveau le pavé, engager des actions dures, voire organiser des blocages là ou c’est possible car les petites manifs n’aboutissent visiblement pas à grand chose.

L’alternative qui s’offre aux personnels est simple : « subir ou agir »

L’heure n’est pas à la résignation !!!

A cet égard, le syndicat A&I Unsa qui a accepté la suppression de 1 700 postes d’administratifs de catégorie C en échange de primes au mérite (protocole d’accord A&I / Darcos) doit retirer sa signature et s’engager avec les personnels et toutes les organisations syndicales contre les nouvelles saignées d’effectifs.

Tous les syndicats doivent monter unitairement au créneau à l’occasion de la rentrée prochaine fin janvier 2009.

Se battre contre les suppressions de postes, c’est vital pour préserver le service public national d’éducation ! Se battre contre les suppressions de postes, c’est donner la possibilité à nos collègues contractuels de pouvoir avoir enfin un poste statutaire, se battre contre les suppression de postes, c’est enfin ouvrir le robinet des places aux concours .. et fluidifier les mutations et alléger les surcharges de travail .

Le SGPEN CGTR va prendre contact avec toutes les organisations syndicales pour réamorcer dans les premiers jours de la rentrée fin janvier 2009 la lutte nécessaire pour la défense de l’emploi public.

ST Denis, le lundi 8 décembre 2008

Edito(s)


Rédigé par Patrick CORRE le 8 Décembre 2008 à 17:51 | Commentaires (0)
Monsieur le recteur


b[Objet : Contractuels « 10 mois » ]b


Monsieur le Recteur,


A de nombreuses reprises et lors de nombreuses audiences, nous avons attiré votre attention sur la situation inéquitable faite aux « contractuels 10 mois » des services académiques.

En effet, nous considérons qu’il y a rupture d’égalité de traitement entre contractuels permanents selon leur affectation. Au rectorat, les collègues bénéficient de contrat de 12 mois et nous ne trouvons aucune justification valable au fait que les collègues exerçant dans les EPLE et autres services soient quant à eux exclus d’un tel dispositif.

Il s’ensuit que nos collègues « 10 mois » sont lourdement pénalisés sur le plan financier et professionnel.

Aussi, nous vous demandons une énième fois de prendre enfin les dispositions utiles pour que soit mis un terme à cette discrimination négative insupportable.

Pour notre syndicat , la coupe est plus que pleine et nous nous réservons, de saisir, le cas échéant, la juridiction administrative de cette rupture d’égalité entre « contractuels permanents ».

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer, Monsieur le Recteur, l’assurance de toute notre considération.

A ST Denis, le jeudi 4 décembre 2008

Edito(s)


Rédigé par Patrick CORRE le 4 Décembre 2008 à 18:02 | Commentaires (0)
1 ... « 13 14 15 16

Rejoignez la CGTR EDUC'ACTION

Recherche

Les articles




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile